Le roi du Maroc Mohammed VI effectue une mini-tournée dans le Golfe, qui l’a conduit dès mardi aux Emirats arabes unis avant un déplacement officiel dimanche au Qatar, a-t-on appris de source officielle.

Le Maroc entretient des liens étroits et stratégiques avec les pays arabes du Golfe, et avait même un temps été invité – en 2011 – à rejoindre le Conseil de coopération (CCG).

La visite de Mohammed VI, arrivé en matinée à Abou Dhabi pour une « visite d’amitié et de travail » selon l’agence officielle MAP, intervient sur fond de crise régionale, après la rupture en juin par l’Arabie saoudite et ses alliés des relations diplomatiques avec le Qatar.

Doha est accusé de soutenir des groupes extrémistes et de se rapprocher de Téhéran, grand rival de Ryad. Il dément ces accusations, et tente depuis lors de rompre son isolement.

Dans ce contexte, le Maroc a adopté une position de prudente neutralité, en proposant de jouer un rôle de médiation entre les parties.

Selon l’agence MAP, Mohammed VI est accompagné dans le Golfe de plusieurs conseillers royaux, dont Fouad Ali El Himma, ou encore du ministre des Affaires étrangères, Nasser Bourita.

Aucune autre étape qu’Abou Dhabi et Doha n’a pour l’heure été mentionnée pour cette visite qui s’étalera donc sur au moins six jours.

A défaut d’adhésion, le Maroc avait signé en 2011 un partenariat stratégique avec le CCG (Arabie, Bahreïn, Emirats, Koweït, Oman et Qatar) prévoyant le financement de projets de développement à hauteur de cinq milliards de dollars.

Mohammed VI avait effectué l’année suivante une longue tournée régionale, se rendant en Arabie saoudite, aux Emirats, au Qatar ainsi qu’au Koweït et en Jordanie. Parmi les dirigeants du Golfe, le roi Salmane d’Arabie saoudite effectue pour sa part de fréquentes visites au Maroc, où il possède une résidence privée.

Preuve de l’intensification des investissements des pays du CCG au Maroc, les Emirats arrivent désormais en deuxième position après la France avec une part de 13,4 % des investissements directs étrangers (IDE) sur la période 2008-2015, selon un rapport officiel.

Les pays du Golfe sont par ailleurs des soutiens inconditionnels de Rabat dans le dossier du Sahara occidental, grande priorité de la diplomatie marocaine.