Un quartier historiquement juif de Marrakech va retrouver son nom original sur ordre du roi Mohammed VI.

Le quartier Essalam sera rebaptisé El Mellah, et les noms originaux des rues et des places de la ville seront également restaurés, selon les médias.

L’ordre provient directement du roi, et fait suite à une demande du président de la communauté juive, selon l’agence de presse officielle du Maroc.

Le ministère marocain de l’Intérieur a annoncé l’information vendredi, déclarant que le roi avait pris sa décision afin de « préserver la mémoire historique du Royaume ainsi que l’héritage culturel de toutes les composantes de la société marocaine. »

Les variations du mot « mellah » en arabe et en hébreu signifie sel. Le quartier juif était entouré d’une haute muraille.

Au Maroc, Mellah est le terme utilisé traditionnellement pour désigner les quartiers où vivaient les juifs dans les grandes villes. Le Mellah de Marrakech fut construit au 16e siècle pour accueillir les Juifs expulsés d’Espagne par l’Inquisition. Encore entouré de hautes murailles, s’étendant sur une quarantaine d’hectares, le quartier est aujourd’hui habité principalement par des musulmans. En juin 2015, les autorités y avaient déjà lancé un important programme de réhabilitation.

Non loin de la célèbre place Jemaa el-Fna, on y trouve un souk d’épices et de bijoux, de nombreux commerces, ainsi que la synagogue Salat Al Azama, plusieurs fois centenaires.

« J’ai appris la nouvelle avec beaucoup d’émotion et de reconnaissance », s’est félicité Serge Berdugo, chef du Conseil des communautés israélites du Maroc.

« Cela contribue à la sauvegarde de l’identité de ce quartier, dans lequel ont vécu à un moment près de 70.000 juifs marocains. La préservation de ce quartier est un grand geste de réappropriation de l’histoire et du passé du Maroc », s’est réjoui M. Berdugo, dans les colonnes du magazine marocain TelQuel.

Jusqu’à la fin des années 1950, le Maroc comptait une importante communauté juive, d’environ 250 000 personnes. Mais ce nombre n’a cessé de diminuer, avec des vagues de départs vers Israël et la France, et ils ne seraient plus que 2 500 Juifs marocains à vivre encore dans le pays. Des milliers de pèlerins juifs d’origine marocaine reviennent régulièrement visiter le royaume.

Le mois dernier, le roi avait assisté à l’inauguration de la synagogue Ettedgui de Casablanca, dont les travaux de restauration avaient été en partie financés par le gouvernement.