Un tribunal israélien a prolongé jusqu’à jeudi la garde à vue du prédicateur islamiste Raed Saleh, soupçonné d’attiser les passions au sein de la population arabe d’Israël autour de l’esplanade des Mosquées à Jérusalem, a indiqué son avocat.

M. Salah a été arrêté le 15 août, un mois après un nouvel accès de fièvre entre Israéliens et Palestiniens autour de ce lieu saint à Jérusalem-Est.

Depuis que la tension est retombée, la police a arrêté des dizaines de personnes soupçonnées d’avoir participé aux troubles.

Il s’agit de la deuxième prolongation de garde à vue pour M. Salah, un Arabe israélien de 58 ans.

La police a justifié son arrestation en invoquant un sermon qu’il a prononcé devant une foule nombreuse après le meurtre, le 14 juillet, de deux policiers israéliens par trois Arabes israéliens aux abords de l’esplanade des Mosquées.

Ce meurtre avait marqué le début de deux semaines de violences autour du troisième lieu saint de l’islam, également site le plus sacré du judaïsme.

« Le procureur a affirmé qu’il avait l’intention de présenter un acte d’accusation (contre M. Salah) pour incitation à la violence et soutien à une organisation illégale. Il s’agit d’un procès d’opinion destiné à exercer une intimidation politique contre Raëd Salah », a affirmé à l’AFP son avocat, Me Khaled Zabarka.

Les défenseurs de M. Salah et ses sympathisants assurent que les prêches de M. Salah restent toujours dans les limites des lois sur la liberté d’expression.

M. Salah était sorti de prison en janvier après avoir été condamné en 2016 à neuf mois de prison ferme pour avoir appelé en 2007 « tout musulman et Arabe à venir en aide aux Palestiniens et à lancer une intifada islamique » pour défendre l’esplanade des Mosquées.

L’organisation qu’il dirigeait, la « branche nord » du Mouvement islamique, a été interdite en novembre 2015 par Israël qui l’accusait d’inciter les Arabes israéliens et les Palestiniens à la violence en propageant des « mensonges » sur le mont du Temple et sur une volonté israélienne d’imposer une mainmise totale sur le site ou de le détruire.

Les Arabes israéliens sont les descendants des Palestiniens restés sur leurs terres à la création d’Israël en 1948. De citoyenneté israélienne, ils représentent 17,5% de la population d’Israël et se considèrent très largement comme Palestiniens.