Selon une déclaration du Shin Bet dimanche, il y a eu ces derniers mois plus d’une douzaine de tentatives d’enlèvement de soldats et de citoyens israéliens la plupart coordonnées par les prisonniers palestiniens.

L’agence de sécurité nationale, en collaboration avec le Service pénitentiaire d’Israël, a contrecarré 11 tentatives d’enlèvement depuis septembre 2013.

Des tentatives déjouées, « la majorité ont été organisée par les prisonniers afin de les utiliser comme monnaie d’échange pour leur libération ». La moitié des tentatives ont été faites par des membres du Fatah, et l’autre moitié par des détenus affiliés au Hamas ou d’autres organisations islamistes.

Le 22 mai, le service de sécurité du Shin Bet et la police ont arrêté un ancien prisonnier sécuritaire palestinien qui aurait comploté pour enlever un citoyen israélien dans la ville septentrionale d’Avtalion.

L’ancien prisonnier est également soupçonné d’avoir tenté de mener plusieurs attaques contre des civils au conseil régional de Misgav et d’avoir planifié de mettre le feu à une forêt près de Carmiel dans le nord d’Israël.

Selon un communiqué du Shin Bet, Murad Mahmoud Hassan Ali Hassin, 25 ans, a admis qu’il était entré dans une maison à Avtalion le 19 avril armé d’un couteau pour tenter d’enlever l’un des membres du ménage.

Hassin a déclaré qu’il prévoyait d’utiliser l’individu enlevé comme monnaie d’échange pour la libération des prisonniers palestiniens.

Sa tentative a échoué car il a été chassé par le propriétaire de la maison.

Dans une autre affaire, des actes d’accusation ont été déposés contre un Palestinien emprisonné en Israël et cinq des membres de sa famille le 11 mai.

Selon l’acte d’accusation, Abdel Rahman Othman, un membre du Fatah, et les membres de sa famille ont comploté pour kidnapper un soldat de l’armée israélienne, le cacher dans un lieu secret, et de négocier la libération des prisonniers palestiniens.

Selon le journal Haaretz, Othman et deux autres hommes ont commencé à planifier l’attaque en 2012 et ont travaillé pour réunir les fonds pour la mettre en œuvre. Le complot a été prévu pour le mois d’avril.

Ce n’est pas clair au regard des rapports des médias quand les hommes ont été arrêtés.

Othman et ses camarades ont organisé la conspiration par téléphones mobiles et en introduisant des missives secrètes en prison grâce aux membres de la famille.