Le Shin Bet a déjoué un projet d’enlèvement d’un soldat israélien fomenté par une cellule terroriste basée à Naplouse et dirigée par un Palestinien emprisonné en Israël, a annoncé l’agence de sécurité, dimanche.

Les actes d’accusation contre le prisonnier palestinien et cinq des membres de sa famille ont été déposées auprès du tribunal militaire de Samarie. Selon l’acte d’accusation, Abdel Rahman Othman, un membre du Fatah, et les membres de sa famille ont comploté pour kidnapper un soldat israélien, le cacher dans un lieu secret, et négocier en échange de la libération de prisonniers palestiniens.

Selon le quotidien Haaretz, Othman, Assam a-Din et Abed al-Haq – un autre prisonnier – ont commencé à planifier l’attaque en 2012 et ont travaillé à réunir des fonds pour le réaliser. Le complot était prévu pour avril.

Othman et ses camarades ont travaillé au moyen de téléphones cellulaires et de missives secrètes envoyées en prison par les membres de leur famille.

Une enquête du Shin Bet a estimé que Othman et ses parents ont été impliqués dans d’autres attentats terroristes, y compris une prise de vue il y a huit ans qui a tué un citoyen israélien, a rapporté Israel radio. Othman a été condamné à une peine de réclusion à perpétuité en 2006 pour avoir tiré sur un Israélien, de manière fatale.

Le rapport du Shin Bet intervient une semaine après que le tueur du Sgt de Bat Yam. Tomer Hazan a été reconnu coupable d’assassinat et d’enlèvement par un tribunal militaire.

Nidal Amar, un résident palestinien de 42 ans, de Beit Amin au sud de Qalqilya, avait attiré Hazan dans son village de Cisjordanie le 21 Septembre 2013, où il l’a assassiné.

Le frère d’Amar, Nuraddin, un membre du groupe terroriste Fatah Tanzim, emprisonné en Israël depuis 2003 pour son rôle dans plusieurs attaques terroristes, a également été reconnu coupable d’avoir persuader Nidal d’enlever le soldat dans l’espoir de négocier Hazan au cours d’une libération de prisonniers palestiniens.