Il y aurait un « fossé sans précédent » entre le Shin Bet, l’agence de sécurité intérieure d’Israël, et Tsahal, apprend-t-on dans un nouveau documentaire télévisé produit par la Deuxième chaîne.

Le Shin Bet déclare qu’il a averti l’armée en janvier que le Hamas se préparait à la guerre six mois avant qu’elle n’éclate en juillet, et l’armée israélienne insiste, elle, sur le fait de n’avoir reçu aucun avertissement.

Deux jours après la fin de la guerre, une réunion du cabinet de sécurité s’est tenue au cours de laquelle le chef du Shin Bet, Yoram Cohen, a fait savoir aux ministres que son agence avait lancé un avertissement sur le plan de guerre que projetait le Hamas.

Le chef du renseignement militaire de l’époque, Aviv Kochavi avait alors rétorqué : « Vous n’avez pas dit un mot au sujet d’une guerre en juillet, » révèle Uvda, [« Fait »] un documentaire de la Deuxième chaîne dont des extraits ont été diffusés dimanche soir.

Le programme a filmé un responsable du Shin Bet qui a affirmé qu’ « à partir de janvier 2014 », l’agence de sécurité israélienne avait commencé à accumuler des informations à partir desquelles il était clair pour le Shin Bet que le Hamas était en train de « se préparer à la guerre ».

Le Shin Bet a conclu que le Hamas visait à « initier une guerre » avant qu’Israël ne soit en mesure de préparer ses troupes à la frontière. L’objectif visait à « envahir les communautés israéliennes – dans une guerre de « libération » – dont la première étape était sans doute d’utiliser les tunnels transfrontaliers. La « deuxième étape » prévue par le Hamas était de procéder à des enlèvements de soldats pour probablement ensuite les échanger avec des prisonniers palestiniens.

Le Shin Bet disposait de renseignements précis selon lesquels le Hamas cherchait à achever ses préparatifs pour la fin du mois de juin, de sorte qu’il aurait été prêt pour le conflit au début du mois de juillet – précisément comme cela s’est déroulé.

Le documentaire télévisé a filmé un autre agent du Shin Bet qui a confié être « certain » que le chef de son service, Yoram Cohen, « avait transmis l’information à ceux à qui il devait la transmettre. »

Toutefois, le porte-parole de Tsahal Moti Almoz, explique qu’un tel avertissement n’a jamais été donné. Le mot « guerre » n’a jamais été prononcé, assure-t-il, « pas en janvier, pas en février … Cela n’a pas eu lieu. »

Le documentaire télévisé sera entièrement diffusé lundi.

La guerre de cet été a vu l’armée israélienne démolir des dizaines de tunnels creusés par le Hamas à la frontière. Onze soldats ont été tués au cours d’attaques lancées par des hommes armés du Hamas qui émergaient des tunnels pendant le conflit qui a duré 50 jours.

Le Hamas et d’autres groupes terroristes basés à Gaza, dont le Jihad islamique, ont tiré plus de 3 500 roquettes et mortiers sur les villes israéliennes tout au long de l’opération Bordure protectrice, qui a coûté la vie à plus de 2 000 Palestiniens, dont au moins la moitié d’entre eux étaient des membres armés du groupe terroriste du Hamas, et 72 Israéliens, dont la grande majorité étaient des soldats.

La guerre s’est terminée le 26 août par l’intermédiaire d’une trêve provisoire négociée sous l’égide égyptienne, après quoi l’on a assisté à une reprise au Caire des négociations indirectes. Elles portaient sur d’épineuses questions telles que le retour des dépouilles de deux soldats de Tsahal, l’assouplissement du blocus de Gaza et la réhabilitation de l’enclave palestinienne, – un effort qui a déjà commencé.

Le sort des négociations reste encore incertain, l’Egypte ayant refusé le mois dernier de recevoir la délégation du groupe terroriste du Hamas, en raison d’une attaque terroriste meurtrière menée dans le Sinaï, qui a tué plus de 30 soldats égyptiens, et pour lequel le Hamas a été accusé par l’Égypte d’être impliqué.