Les autorités n’ont pas encore établi le contact avec la centaine d’Israéliens qui sont au Népal, a annoncé le ministère des Affaires étrangères lundi.

Le chiffre est en baisse par rapport aux estimations annoncées dimanche qui signalait la présence de 150 Israéliens au Népal.

La plupart des Israéliens étaient en randonnée dans les montagnes lointaines de la nation himalayenne, dans des régions où les autorités népalaises n’ont pas encore réussi à établir le contact avec des villages entiers qui auraient été touchés par le tremblement de terre de magnitude 7,8 samedi.

Plus de 3 600 personnes seraient mortes et plus de 6 500 autres ont été blessées lors du violent séisme. Le bilan devrait s’aggraver dans les prochains jours.

Le ministère des Affaires étrangères estime que les Israéliens iraient bien mais seraient incapables de communiquer avec le monde extérieur en raison de pannes électriques et du mauvais temps.

Mark Sofer, le vice-directeur général du ministère des Affaires étrangères pour l’Asie et le Pacifique, est à Katmandou pour superviser les efforts d’Israël visant à localiser et secourir les Israéliens bloqués.

Un groupe composé des familles et des amis des randonneurs israéliens bloqués au Népal a manifesté lundi après-midi devant le ministère des Affaires étrangères à Jérusalem.

Les manifestants ont appelé le Premier ministre Benjamin Netanyahu et le ministre des Affaires étrangères Avigdor Liberman à redoubler d’efforts pour sauver les Israéliens qui n’ont pas encore été repérés. Des dizaines d’entre eux seraient dans la région du lac Gosaikunda, une destination prisée des marcheurs israéliens.

Un parent a déclaré lundi à la radio militaire que les familles appréciaient ce que le ministère était en train de faire.

Le premier vol transportant les Israéliens rescapés du pays frappé par le séisme, qui a été envoyé sous les auspices du Magen David Adom, est arrivé en Israël dimanche soir.