WASHINGTON – Pendant que les sénateurs présentaient une résolution bipartite en faveur du droit d’Israël à défendre ses citoyens face aux attaques de roquettes, un sénateur démocrate clé a accueilli l’ambassadeur d’Israël aux Etats-Unis, Ron Dermer, et l’attaché de défense, le général major Yaacob Ayish, jeudi pour une réunion d’information sur le cours opérations de l’armée contre les cibles terroristes dans la bande de Gaza.

Dermer et Ayish ont fait le point avec les membres de la Commission sur les relations étrangères du Sénat des États-Unis, la Commission des forces armées et des renseignements sur ​​l’opération Bordure de protection sur l’invitation du sénateur Tim Kaine (D-VA), président de la Commission des Relations étrangères et Sous-comité sénatorial sur les affaires du Proche-Orient et du Sud et de l’Asie centrale.

Kaine, qui est considéré comme un démocrate progressiste et est sur ​​la liste des candidats qui parrainent
J Street [groupe de pression américain qui promeut une gouvernance américaine pour la paix négociée diplomatiquement dans les conflits au Moyen-Orient qui concernent Israël], a écrit dans un communiqué après la réunion que «la détérioration de la situation à Gaza doit causer une grave inquiétude »

«Je soutiens le droit d’Israël de se défendre contre les attaques non provoquées de roquettes lancées par le Hamas et d’autres organisations terroristes », a-t-il poursuivi. « Je pleure pour les citoyens israéliens et palestiniens – surtout les jeunes – qui vivent et meurent sous la menace constante pour leur sécurité ».

Kaine a ajouté sa voix à la critique croissante du Congrès du gouvernement d’union nationale Hamas-Fatah, affirmant que « la décision prise par le président [Mahmoud] Abbas de [l’Autorité palestinienne] à poursuivre un gouvernement d’union avec le Hamas était presque certainement destiné à en arriver là. Pour ceux d’entre nous qui se soucient de trouver une solution à deux Etats – l’Etat sécurisé d’Israël vivant pacifiquement côte à côte avec une Palestine indépendante – les mesures prises récemment par le Hamas montrent qu’il n’a pas changé sur son refus fondamental de reconnaître le droit d’Israël à exister. Aucune paix n’est possible avec un tel partenaire ».

Le sénateur a appelé le Hamas à cesser les tirs de roquettes, qu’il décrit comme une « provocation » et a appelé Abbas « à reconnaître que le Hamas ne cherchera pas la paix » et de « séparer l’Autorité palestinienne de cette organisation terroriste ».

Kaine était l’un des 12 sénateurs qui n’avaient pas signé une lettre datant de juin qui décrivait le gouvernement palestinien comme un « sérieux revers pour les efforts de paix » et appelant le président Barack Obama à suspendre l’aide à l’Autorité palestinienne jusqu’à ce que « nous ayons la confirmation que ce nouveau gouvernement est en entière conformité avec les restrictions de la loi actuelle » et de« continuer à rappeler au président Abbas la nécessité pour lui de cesser toute alliance avec des organisations terroristes comme le Hamas et de revenir à la table des négociations avec Israël ».

Kaine est cosignataire d’une résolution du Sénat « exprimant son soutien à l’Etat d’Israël alors qu’il se défend contre les attaques non provoquées de l’organisation terroriste du Hamas » qui a été présenté jeudi par les sénateurs Kelly Ayotte (R-NH), Lindsey Graham (R-SC), Robert Menendez (D-NJ) et Chuck Schumer (D-NY).

Selon un communiqué publié par les sénateurs, la résolution réaffirme le soutien des États-Unis pour le droit d’Israël de défendre ses citoyens et d’assurer la survie de l’Etat d’Israël ; condamne les tirs de roquettes sur Israël sans provocation ; invite le Hamas à cesser immédiatement toutes attaques de roquettes ou autres contre Israël ; et demande à Abbas de dissoudre l’accord régissant l’unité avec le Hamas et condamnent les attaques contre Israël.

« Je crois que le Sénat va parler d’une seule voix pour condamner les actions de l’organisation terroriste du Hamas et se tiendra debout à côté du meilleur ami de l’Amérique dans la région, l’Etat d’Israël », a déclaré Graham, faisant valoir « qu’il n’y a aucune équivalence morale entre les actions d’auto-défense d’Israël et les actions barbares du Hamas ».

Menendez et Schumer, comme Kaine, ont souligné que les attaques de roquettes ont démontré que le gouvernement palestinien d’union nationale était indéfendable.

« Le Hamas est une organisation terroriste qui rejette une solution à deux Etats et célèbre l’enlèvement et assassinat de civils innocents ; il ne peut pas être un partenaire dans un gouvernement palestinien d’union nationale », a déclaré Menendez.

« Cette résolution soutient Israël alors qu’il se protège d’une manière qui valorise la sécurité des civils palestiniens alors même que ses propres civils font face à des attaques aveugles des terroristes », a expliqué Schumer, appelant Abbas « à faire la bonne chose et de rompre les liens avec le Hamas ».