La présidence de Trump arrive à grands pas, et avec elle, son lot d’incertitudes. L’une d’entre elles portent sur le costume qu’il portera. Revêtira-t-il les costumes confectionnés par Martin Greenfield un fois qu’il sera dans le Bureau ovale ? Le président Barack Obama les a portés, tout comme d’anciens locataires de la Maison Blanche. Alors quand il s’agit d’un connaisseur en prêt-à-porter masculin, on est en mesure de se demander si le nouveau Commandant en chef en fera de même.

Greenfield est un survivant de la Shoah. Il a bâti un commerce de vêtements d’hommes sur-mesure à Brooklyn, à son arrivée aux États-Unis en tant que réfugié, après la guerre. Ayant déjà habillé Trump par le passé, il a affirmé au Times of Israel qu’il serait heureux de le faire à nouveau

Étiquette sur les vêtements de Martin Greenfield Clothiers (capture d'écran)

Étiquette sur les vêtements de Martin Greenfield Clothiers (capture d’écran)

« Nous avons réalisé des costumes pour lui avant qu’il ne décide de se présenter, mais nous n’en n’avons plus fait depuis le début de la campagne. Nous serions honorés s’il nous demandait de lui confectionner d’autres costumes », a déclaré Jay Greenfield, fils de Martin Greenfield et vice-président de Martin Greenfield Clothiers au Times of Israel.

Selon le jeune Greenfield, l’entreprise familiale cherche avant tout à rendre ses clients élégants, indépendamment de leurs opinions politques.

« Nous confectionnons des vêtements pour les gens. Nous ne sous soucions pas de leur affiliation politique. Nous sommes heureux de rendre les personnes élégantes, de part et d’autre de l’échiquier politique », dit-il.

En effet, Martin Greenfield, 88 ans, a réalisé des costumes pour des présidents démocrates et républicains, notamment pour le président Dwight Eisenhower, qui, en tant que commandant en chef des Forces alliées, a libéré le camp de Buchenwald en avril 1945.

Greenfield a partagé son histoire, celle d’avant et d’après la guerre, dans ses mémoires, en 2014. Dans Measure of a Man: From Auschwitz Survivor to Presidents’ Tailor, il raconte comment lui (né Maximilian Grunfeld) et sa famille ont été déportés pendant la Pâque juive en 1944 de Pavlovo, en Tchécoslovaquie vers le ghetto de Mukacevo, en Ukraine. De là, ils ont été envoyés à Auschwitz, où ses parents, ses grands-parents, son frères et ses deux sœurs ont trouvé la mort.

Greenfield a survécu en apprenant à coudre. Il travaillait dans le lavoir du camp. Il a été transféré à Buchenwald pendant la marche de la Mort.

En arrivant aux États-Unis en 1947, Greenfield a peaufiné ses compétences de couturier et de tailleur et a gravi les échelons, d’homme-à-tout-faire à cadre supérieur, pour Brooklyn’s GGG Clothing. En 1977, il a racheté l’entreprise, déjà célèbre pour sa qualité irréprochable et sa clientèle haut de gamme, et l’a rebaptisée Martin Greenfield Clothiers.

Même à son âge, Greenfield travaille 5 jours et demi par semaine pour superviser son établissement. En effet, il estime que chaque détail mérite une attention particulière.

Selon son fils Jay Greenfield, l’entreprise fabrique du prêt-à-porter mais l’activité tourne principalement autour du sur-mesure, dont le prix varie entre 1 600 et 3 000 dollars.

Martin Greenfield Clothiers reconnaît que chaque client a son propre style vestimentaire, et tente de s’y adapter.

« Les hommes sont réticents au changement, donc nous leur proposons des petits changements qui peuvent faire une grande différence », explique Jay Greenfield.

Trump a été critiqué par les fashionistas, qui s’interrogent : « Pourquoi Trump porte-t-il des vêtements mal ajustés ? »

Des critiques de mode ont conseillé à Trump de porter des costumes plus ajustés. (Crédit photo: Scott Olson / Getty Images / AFP)

Des critiques de mode ont conseillé à Trump de porter des costumes plus ajustés. (Crédit photo: Scott Olson / Getty Images / AFP)

Jay Greenfield a suggéré que Trump pourrait envisager de changer de son style traditionnel, classique, pour lui donner un look plus actuel. Mais rien de drastique.

« Je ne le transformerais pas en hipster, c’est déplacé », dit-il.

Greenfield a réussi à transformer le look d’Obama. D’une allure traditionnelle aux pantalons à pli et veste ample, il est passé aux pantalons sans pinces et aux vestes ajustées.

Mais changement de look ou non, Jay Greenfield a déclaré que Martin Greenfield Clothiers serait flatté de recevoir une commande de la Maison Blanche pour le 20 janvier.

« C’est toujours un honneur d’habiller le président des États-Unis », dit-il.

Même à 88 ans, Martin Greenfield travaille 6 jours par semaine pour contrôler la qualité. (Capture d'écran)

Même à 88 ans, Martin Greenfield travaille 6 jours par semaine pour contrôler la qualité. (Capture d’écran)