Le terroriste palestinien, auteur de la tuerie de mardi soir à Jaffa, était récemment revenu d’un pèlerinage en Arabie Saoudite, selon les messages postés sur son profil Facebook.

Bashar Massalha, un résident de 22 ans de Qalqilya en Cisjordanie, a tué un touriste américain et blessé 10 autres Israéliens dans un carnage le long de la promenade Jaffa. Il a été tué par les forces de sécurité pendant son attaque.

Des messages géographiquement localisés sur Facebook postés entre le 26 février et le 5 mars indiquent que Massalha s’était rendu dans les villes saintes islamiques de La Mecque et de Médine quelques jours avant de mener son attaque.

Dans son dernier message Facebook posté le 7 mars, apparemment publié depuis la Cisjordanie un jour avant l’attaque, Massalha apparaît debout près de la Kaaba à La Mecque, avec le pouce levé.

Dans ce message, il a écrit : « oh Dieu, te voir ferait non seulement pleurer un homme mais aussi un rocher », probablement une allusion à la roche sacrée.

Dans un autre message, dans lequel Massalha apparaît en face du Royal Clock Tower de La Mecque portant un Keffieh – un symbole du nationalisme palestinien – il a écrit : « je suis Palestinien et fier de l’être ».

Un examen rapide de son profil Facebook révèle que même s’il était traditionnellement religieux, il n’était pas un islamiste du style Hamas.

D’autres messages sur sa page montrent que Massalha avait clairement du mépris pour Israël.

Dans un message daté du 30 janvier, 2016, l’attaquant apparaît debout devant ce qu’il décrit être un poste de contrôle mis en place par la police israélienne à l’extérieur de son pays natal, le village de Hajjah en Cisjordanie.

« Nous allons marcher comme des lions sur notre terre pure. Ne pas craindre notre ennemi, peu importe sa force ».

Il ne faisait apparemment pas partie d’un groupe terroriste organisé, bien que son carnage ait été salué par le Hamas, comme les deux autres attaques menées par des Palestiniens mardi.

Une page Facebook associée au Fatah a également salué l’attaque ainsi que les deux autres qui ont eu lieu mardi.

« Nous vous promettons que votre sang continuera d’être une torche qui illuminera notre chemin, jusqu’à ce que nous parvenions à atteindre ce pour quoi vous êtes morts comme des martyrs », pouvait-on sur l’un des messages, selon le Palestinian Media Watch, l’institut de veille basé en Israël.