Une enquête dirigée par les forces de sécurité israéliennes indique que le chauffeur du camion-bélier impliqué dans l’attentat commis dimanche à Jérusalem avait été condamné pour avoir acheté une voiture volée en 2008 mais qu’il n’avait jamais été associé à un quelconque délit de nature sécuritaire, a annoncé lundi après-midi le site d’information en hébreu Ynet.

Fadi al-Qunbar, 28 ans, a été tué par arme à feu par des soldats et un guide touristique armé après qu’il a tué quatre soldats et blessé 16 autres en lançant son camion sur un groupe de militaires. Ce groupe était en train de descendre d’un bus, sur un site touristique populaire situé au sud de Jérusalem.

Qunbar avait été inculpé en 2010 pour avoir acheté un véhicule volé deux ans auparavant au prix de 10 000 shekels (2 500 dollars).

Qunbar, originaire du quartier Jabel Mukaber, à Jérusalem-Est, était parvenu à un arrangement en 2012 : En échange de la reconnaissance de son délit, il avait écopé d’une condamnation de deux ans avec sursis et avait dû assurer 200 heures de service communautaire. Il avait par ailleurs été condamné à payer une amende de 1 000 shekels (250 dollars).

A l’énoncé de sa condamnation, Qunbar avait déclaré devant le Tribunal de Jérusalem : “J’ai été un âne pendant toute ma vie”, selon Ynet.

« Je présente vraiment mes excuses », avait-il ajouté, des propos repris par le même site.

Dov Pollock, juge au tribunal de Jérusalem qui avait eu la charge du dossier Qunbar, aurait pris en compte le casier vierge de l’homme lorsqu’il avait prononcé son verdict.

Les forces de sécurité tentent encore de déterminer le motif spécifique de l’attaque terroriste de dimanche, Qunbar n’ayant aucun lien avec les organisations terroristes palestiniennes. Il avait toutefois épousé une version ultra-conservatrice de l’islam, le salafisme.

Ses proches ont déclaré lundi qu’il avait été très touché par un sermon prononcé dans sa mosquée locale ce week-end, attaquant le projet du président élu Donald Trump de délocaliser l’ambassade américaine de Tel Aviv à Jérusalem.

“Il était très en colère, et il avait dit que ce transfert d’ambassade mènerait à la guerre”, a expliqué le cousin de Qunbar selon le quotidien israélien Israel Hayom.

Aucun groupement n’a pour le moment revendiqué la responsabilité de l’attentat terroriste mais le Hamas et le Jihad islamique ont d’ores et déjà salué l’attaque mortelle au camion-bélier.

Le Premier ministre Benjamin Netanyahu a indiqué” dimanche depuis le théâtre de l’attentat que, “selon tous les signes, c’est un partisan [du groupe terroriste de] l’Etat islamique, sans en dire toutefois davantage.