Le porteur de l’explosif dans l’attentat anti-israélien à Bourgas, dans l’est de Bulgarie, qui avait fait six morts en juillet 2012, a été identifié, a annoncé dimanche le journal bulgare Pressa.

« Le terroriste est libanais », écrit le journal, se référant à des sources des services de renseignement qui ont indiqué que leurs homologues américains de la CIA et israéliens du Mossad en étaient informés.

Des détails de cette enquête sont sporadiquement révélés par des journaux bulgares et israéliens citant des sources anonymes.

Interrogée dimanche par l’AFP, la porte-parole du parquet Roumiana Arnaoudova s’est bornée à souligner « l’intensité de l’investigation ». Elle a déclaré que l’enquête était prolongée jusqu’au 22 juin.

Le procureur général bulgare Sotir Tsatsarov s’était récemment rendu en Israël. Il avait déclaré le 20 février, sans préciser, que « le parquet a découvert de nouveaux faits et identifié un participant direct qui n’était pas connu ».

L’enquête sur l’attentat de Bourgas butait jusqu’à présent sur l’identification du porteur de la bombe tué dans l’explosion, bien que ses empreintes digitales et ADN soient disponibles, et que son portrait robot ait été publié sur le site d’Interpol.

Le ministère bulgare de l’Intérieur avait révélé en juillet 2013 l’identité de deux complices présumés d’origine libanaise : l’Australien Meliad Ferah, 32 ans, également connu sous le nom d’Hussein Hussein, et le Canadien Hassan el Hajj Hassan, 25 ans, qui seraient liés à la branche armée du Hezbollah, mouvement terroriste chiite libanais lié à l’Iran.

Des traces ADN de Hassan ont été trouvées, selon le journal, sur des serviettes et deux chapeaux dans sa chambre d’hôtel à Nessebar, au nord de Bourgas.

C’est notamment Hassan qui aurait provoqué à distance l’explosion de la bombe dans le sac que déposait dans le compartiment à bagages de l’autobus des touristes israéliens le jeune homme nouvellement identifié.

L’autre complice, Meliad Ferah, aurait monté la bombe qui a tué cinq touristes israéliens, et le chauffeur bulgare de l’autobus, et a fait 35 blessés.

Les éléments recueillis par l’enquête ont contribué à la décision de l’Union européenne du 22 juillet d’inscrire la branche armée du Hezbollah sur sa liste noire des organisations terroristes.