Mutaz Hijazi, l’homme suspecté d’être l’auteur de la tentative d’assassinat de l’activiste au mont du Temple mercredi soir devant le Begin Heritage Center de Jérusalem, était un employé du restaurant de l’institution et était un ancien détenu d’une prison israélienne.

Selon un article publié sur Ynet, Hijazi a travaillé dans les cuisines du restaurant Terasa dans le centre. Le manager du restaurant a indiqué mercredi au site que Hijazi avait terminé sa journée à 21h40, à peu près une demi-heure avant que l’on ne tire sur le militant Yehudah Glick.

Son patron a confirmé au site d’informations NRG que Hijazi travaillait depuis un an pour le Terasa et que le restaurant coopérait avec la police.

Jeudi matin, un homme, identifié par les médias israéliens et palestiniens comme étant Hijazi, a été tué lors d’une fusillade dans le quartier d’Abu Tor à Jérusalem.

Le directeur-adjoint du Begin Heritage Center a précisé au site NRG que Hijazi travaillait pour une compagnie qui est en contrat avec le restaurant.

« Nous contrôlons tous les employés qui viennent ici et il y a des agents de sécurité comme pour toutes les institutions publiques », explique Moshe Foxman.

On ne sait pas si les antécédents de Hijazi ont été vérifiés avant qu’il ne soit employé. Des sources palestiniennes indiquent que Hijazi avait été emprisonné pendant 11 ans dans une prison israélienne pour avoir participé à des activités terroristes pendant la Seconde Intifada. Il a été libéré en 2012. Initialement, il avait été condamné à 6 ans de prison mais on a rajouté 5 ans à sa sentence après qu’il ait attaqué des gardiens de prison.

En 2012, dans une interview accordée au journal de Ramallah, Al-Quds, peu après sa libération, il a déclaré que si « Dieu le veut, je serai une épine dans le pied du projet sioniste de la judaïsation de Jérusalem ».

La police a acculé Hijazi dans sa maison à Abu Tor, un quartier juif-arabe qui se situe à la limite de Jérusalem-Est et Jérusalem-Ouest, jeudi matin. Les autorités israéliennes ont indiqué qu’elles ont tenté d’arrêter Hijazi à quatre reprises, mais il a ouvert le feu et de ce fait a été abattu.

Mu’taz Hijazi, (Crédit : Flash90)

Mu’taz Hijazi, (Crédit : Flash90)

La police serait en possession de la dépouille de Hijazi et son père et son frère ont été arrêtés. Selon la chaîne palestinienne Quds TV, la famille a indiqué que leur maison serait détruite dans les 24 heures.

Le Djihad islamique et le Hamas ont, tous deux, applaudi la tentative d’assassinat de Glick jeudi. Le porte-parole du Djihad islamique à Gaza, Daud Shihab, a déclaré que le « sioniste radical » a eu ce qu’il méritait et l’a qualifié d’un des plus dangereux instigateurs. Le porte-parole du Hamas, Fawzi Barhoum, a loué l’ « attaque héroïque » et a appelé les résidents de Jérusalem-Est et les Palestiniens en général à mener plus d’attaques terroristes contre Israël.

Le mouvement des jeunes du Fatah en Jordanie ont affirmé, dans un message posté sur leur page Facebook jeudi matin, que Hijazi appartenait à leur organisation.

« Avec une grande fierté le Fatah salue le martyr héroïque du ‘martyr de Jérusalem’, Mutaz Hijazi, qui a perpétré l’assassinat du Rabbi Yehuda Glick », peut-on lire dans leur message. Glick est dans un état grave mais stable jeudi. Il a subi une opération pour traiter ses blessures à l’abdomen, la poitrine, la main et le cou.

Un site affilié au Jihad islamique revendique aussi l’appartenance de Hijazi à leur mouvement. Il a publié une biographie de Hijazi, soulignant qu’il a été arrêté en 2000, qu’il a brûlé et détruit « la propriété d’un colon dans la ville occupée de Jérusalem ».

Il précise que Hijazi a attaqué deux de ses geôliers avec un rasoir suite à des insultes où les gardiens ont utilisé le nom de Dieu pour l’insulter, battu un interrogateur qui l’a torturé pendant une enquête. Toujours selon cette biographie, il fréquentait la mosquée Al-Aqsa et a passé 10 ans en isolement sur les 11 ans où il a été emprisonné.

Les fonctionnaires sécuritaires israéliens enquêtent aussi sur la possibilité que Hijazi soit l’auteur des tirs sur le soldat israélien, Chen Schwartz, en août dernier. Schwartz avait reçu deux balles dans l’abdomen alors qu’il se trouvait au mont Scopus et avait été sévèrement blessé.