Mahmoud Menaser a passé le matin de son mariage dans le plus improbable des lieux : pas chez le fleuriste ou le tailleur, mais au tribunal de Rishon Letsion. Il tentait d’empêcher le groupe conservateur Lehava, qui est opposé aux mariages entre Juifs et non-Juifs, de manifester à son mariage dimanche soir avec Moral Malka, qui est née juive.

La semaine dernière, Lehava, dont les initiales en hébreu signifient « Prévenir l’assimilation en Terre sainte », avait publié sur sa page Facebook l’invitation de mariage de Mahmoud et Moral et avait invité des milliers de personnes à venir protester contre le mariage avec « des bannières et des porte-voix. »

Menaser a demandé au tribunal d’interdire la manifestation de crainte que cela conduirait à la violence et gâcherait son mariage.

Dimanche matin, la juge Iryah Heuman Mordechai a déclaré que la manifestation pourrait avoir lieu à une distance d’au moins 200 mètres de la salle de mariage, dans un parking à côté de la salle.

Elle a également décidé que les parties ne pourraient communiquer l’une avec l’autre, même par voie électronique, pendant 90 jours. Menaser et sa famille ont reçu des menaces de militants ainsi que des messages de soutien depuis que l’histoire a éclaté la semaine dernière.

Menaser semblait détendu et décontracté le matin de son mariage au tribunal. « Je remercie cette organisation, ils nous ont donné de la publicité gratuite, » a-t-il déclaré à la cour, selon la Deuxième chaîne. « Nous vivons dans la vraie coexistence, et je ne me soucie pas vraiment ce que les gens disent. Nous avons été mariés depuis vendredi, Moral a été convertie à l’islam et un cheikh nous a mariés. Aujourd’hui, c’est vraiment juste pour la fête. Dans la rue où je vis, vous pouvez trouver 50 % de Juifs et 50 % d’Arabes, et cela n’a pas d’importance – un être humain est un être humain ».

Menaser et Malka, qui vivent ensemble pendant cinq ans, habitent à Jaffa.

Le président Reuven Rivlin a exprimé dimanche son soutien au couple, leur souhaitant bonheur et santé.

« Ce couple a décidé de se marier et d’exercer leurs libertés dans un Etat démocratique, et l’incitation à leur encontre est scandaleux et inquiétant », a-t-il dit dans un communiqué. « Pas tout le monde n’est obligé de partager leur joie mais tout le monde doit la respecter. » Il a ajouté que l’incitation contre leur mariage était comme « les rongeurs qui grignotent sous la fondation démocratique et juive d’Israël. »

Par contre, la directriceLehava Bentzi Gopstein, qui se tenait debout à l’extérieur de la salle d’audience, n’était pas d’accord.

« Si vous demandez à ce marié arabe s’il voudrait que sa sœur épouse un homme juif, je suis sûr qu’il refuserait », a déclaré Gupstein. « Le racisme vient des deux côtés, et la nation juive se doit de monter la garde pour protéger notre sainteté. »

La semaine dernière, Gopstein a accusé Moral de « se marier avec l’ennemi alors que le pays est en guerre. »

« La nation d’Israël a lutté pendant des générations contre l’assimilation », a déclaré l’extérieur de la salle d’audience le militant de droite et avocat Itamar Ben Gvir qui représentait Lehava.