Les habitants du village espagnol de « Castrillo Matajudios » (« Castrillo Tuelesjuifs ») ont dit oui dimanche au changement du nom de leur commune, lourd à porter, lors d’un vote organisé par le maire en parallèle du scrutin européen.

« Avec ce nom, quand on voyage on doit toujours fournir des explications parce que tout de suite, on te dit: ‘à Castrillo on tue les Juifs!' », témoigne Lorenzo Rodriguez Perez, le maire du village, situé près de Burgos, dans le nord de l’Espagne.

« Et pourtant c’est tout le contraire parce que Castrillo descend d’une communauté juive et il y a une étoile de David sur notre blason », poursuit l’élu.

Estimant que ce nom trahit l’héritage juif du petit village, son maire avait organisé ce vote, le jour même des élections au Parlement européen, et promis de démissionner si les habitants décidaient de garder le nom actuel.

Sur les 56 habitants en âge de voter, 52 ont participé au scrutin, « dont 29 ont décidé de changer le nom », a déclaré le maire à l’AFP.

Les habitants avaient le choix entre deux noms pour la commune, Mota Judios ou Mota de Judios, et ont opté pour le second par 26 voix contre trois.

La mairie doit examiner ces résultats le 3 juin et entamer les démarches afin de changer le nom.

L’origine du village remonterait à 1035, lorsque des Juifs, dépossédés de leurs biens et expulsés de leurs maisons ailleurs en Espagne, s’étaient réfugiés là, sur une petite colline ou « mota », selon Lorenzo Rodriguez.

Ils y étaient restés jusqu’en 1492, lorsque les Rois catholiques ordonnèrent l’expulsion d’Espagne de tous les Juifs qui refuseraient de se convertir au catholicisme.

La première mention du nom Castrillo Matajudios apparaît en 1623, selon l’archéologue Angel Palomino, chargé d’une étude historique préliminaire commandée par la mairie. Les descendants de Juifs, convertis au catholicisme, auraient pu décider de changer le nom du village après 1492, afin de démontrer leur ferveur.

« Les documents montrent qu’il y a eu plusieurs massacres de Juifs (…) comme cela s’est produit dans de nombreux quartiers juifs en Espagne et ailleurs en Europe », expliquait l’archéologue, qui estime qu’entre 300 et 400 foyers, soit environ 1.500 personnes ont peuplé le quartier juif de Castrillo Matajudios avant l’expulsion des Juifs d’Espagne.

Selon les historiens, au moins 200.000 Juifs vivaient en Espagne avant les expulsions de 1492. Ceux qui refusèrent de fuir ou de se convertir furent exécutés et brûlés vifs.

Déclarant vouloir réparer une « erreur historique », le gouvernement espagnol a approuvé en février un projet de loi visant à faciliter la naturalisation des descendants de Juifs séfarades (Sefarad signifiant Espagne en hébreu).