L’économie israélienne a reculé pour la première fois en 5 ans, selon les chiffres publiés par le Bureau central des statistiques dimanche.

Le ralentissement a été le résultat de l’opération Bordure protectrice à Gaza au cours de l’été.

Le Produit Intérieur Brut a diminué de 0,4 % dans la période juillet-septembre, comparativement à une hausse de 3,2 % et de 2,2 % du PIB au cours deux premiers trimestres de 2014 respectivement.

Les 50 jours de la guerre d’Israël à Gaza pendant l’été ont ralenti la production globale et contraint les consommateurs à rester chez eux, ce qui a entraîné une réduction de 0,6 % du PIB annuel.

C’est en 2009 que l’économie d’Israël a enregistré une croissance trimestrielle négative pour la dernière fois.

Dans une tentative de contrer la faible croissance économique, la Banque d’Israël a abaissé son taux d’intérêt de référence à un niveau historiquement bas de 0,25 %, un mouvement qui a affaibli le shekel, mais qui a stimulé les exportations de 2,8 %.

Les dépenses du gouvernement ont augmenté de 3,1 % au troisième trimestre, de même que les dépenses de consommation privée, qui ont augmenté de 3,9 %.

Le tourisme aurait également diminué de 31,1% dans les mois couverts par les données du Bureau des Statistiques. En octobre, ce sont 19 % de touristes en moins qui ont visité Israël par rapport à octobre 2013.

Sans inclure les dépenses publiques, l’économie a diminué au total de 1,4 % au troisième trimestre.

Alors que les dépenses publiques et privées ont augmenté, la baisse du PIB au troisième trimestre se reflète dans la diminution des investissements dans les immobilisations, qui ont chuté de 3,6 %, après une baisse annualisée de 4,8 % au cours du trimestre précédent.

Les chiffres de la banque centrale indiquent que la croissance a repris en septembre.