Des sources égyptiennes affirment que l’armée du pays aurait tué un commandant du Hamas lors d’une frappe aérienne dans la péninsule du Sinaï, annonce Sky News Arabic mercredi.

Les membres de la famille du commandant du Hamas maintiennent qu’il a été tué en Libye. Il aurait rejoint là-bas une cellule terroriste djihadiste nord-africaine, indique le site d’information Ynet.

Mardi, les djihadistes en Egypte qui ont fait allégeance au groupe Etat islamique (EI) ont revendiqué dans une vidéo la décapitation de huit hommes qu’ils accusaient de collaborer avec les armées égyptienne et israélienne.

Ansar Beït al-Maqdess (Partisans de Jérusalem, en arabe) se sont rebaptisés Province du Sinaï en novembre quand ils ont fait allégeance à l’EI pour signifier que cette péninsule où ils sont très actifs fait partie selon eux de l’émirat autoproclamé par le groupe radical sur une partie de la Syrie et de l’Irak.

Créé en mars 2011 avec pour objectif de s’en prendre à Israël, frontalier avec le Sinaï, Ansar Beït al-Maqdess multiplie les attentats meurtriers visant les forces de sécurité égyptiennes depuis juillet 2013, après la destitution du président islamiste élu Mohamed Morsi par l’armée.

Les djihadistes assurent agir en représailles à la sanglante répression qui s’est abattue depuis sur les partisans de Morsi et les islamistes.

Dans une vidéo postée lundi soir via leur compte Twitter authentifié, le groupe montre la décapitation au couteau de huit hommes dans un lieu non précisé du Sinaï selon lui.

Auparavant, les huit suppliciés « confessent » sous la contrainte « travailler » pour les armées égyptienne et israélienne.

Ce n’est pas la première fois qu’Ansar Beït al-Maqdess rend publiques des vidéos de décapitations d’Egyptiens.