Les présidents français François Hollande et égyptien Abdel Fattah al-Sissi ont appelé à une réunion du Conseil de sécurité des Nations unies et à « de nouvelles mesures » contre l’organisation Etat islamique (EI), après un entretien téléphonique entre les deux chefs d’Etat.

Hollande a renouvelé à son homologue égyptien « l’expression de sa solidarité après l’assassinat de 21 ressortissants égyptiens en Libye » par le groupe EI, a annoncé un communiqué de la présidence française lundi, jour de la signature au Caire d’un accord bilatéral sur la fourniture par la France d’avions Rafale à l’Egypte.

Les avions de combat égyptiens ont bombardé lundi des positions de l’Etat islamique (EI) en Libye quelques heures après la revendication par cette organisation djihadiste de la décapitation de 21 chrétiens coptes égyptiens.

Le président égyptien Abdel Fattah al-Sissi avait convoqué d’urgence dimanche soir le Conseil national de défense et juré de punir les « assassins » de la manière « adéquate ».

« Nos forces armées ont mené lundi des frappes aériennes ciblées contre des camps et des lieux de rassemblement ou des dépôts d’armes de Daech en Libye », (l’acronyme en arabe de l’EI), lit-on dans un communiqué de l’armée.

Les télévisions montraient le décollage d’avions de combat en pleine nuit, assurant qu’ils partaient pour la Libye voisine.

Avec ces exécutions revendiquées dimanche soir par sa branche libyenne, l’organisation djihadiste démontre qu’elle a exporté ses méthodes d’extrême brutalité en dehors des régions qu’elle contrôle en Syrie et en Irak où elle multiplie les atrocités.

Le Caire a annoncé un deuil national de sept jours et les Egyptiens attendaient lundi matin avec impatience une annonce après la réunion toute la nuit en urgence du Conseil national de défense.

Sur la vidéo diffusée sur internet, des hommes portant des combinaisons oranges, semblables à celles d’autres otages exécutés ces derniers mois en Syrie, sont alignés sur une plage les mains menottées dans le dos, avant que leurs bourreaux ne les décapitent au couteau.

En janvier, la branche libyenne de l’EI avait affirmé avoir kidnappé 21 coptes égyptiens et Le Caire avait confirmé que 20 de ses ressortissants avaient été enlevés en Libye voisine.

L’Egypte appelle le monde à une « intervention ferme » en Libye.

L’Eglise copte confiante

L’Eglise copte s’est dite « confiante » au Caire que le gouvernement ne laisserait pas s’échapper les auteurs de « ce crime abominable. » Al-Azhar, l’une des plus prestigieuses institutions théologiques de l’islam sunnite a qualifié ces exécutions de « barbares. »

Et tandis que Washington a condamné « le meurtre abject et lâche de 21 citoyens égyptiens », estimant que « la barbarie de l’EI n’a pas de limites », le président français François Hollande, dont le gouvernement doit signer lundi la vente de Rafale avec l’Egypte, a « exprimé sa préoccupation face à l’extension des opérations » du groupe jihadiste en Libye.

Une incrustation au début de la vidéo situe la scène dans la province de Tripoli (« Wilayat Tarabulus » pour l’EI) et un autre message écrit explique que les victimes sont « des gens de la Croix fidèles à l’Eglise égyptienne ennemie ».

Un homme habillé en treillis militaire s’exprime en anglais avec un couteau à la main alors que les autres bourreaux, un derrière chaque prisonnier, sont intégralement vêtus de noir et silencieux. Tous sont masqués.

Capture d’écran 2015-02-16 à 11.01.36

« Aujourd’hui, nous sommes au sud de Rome, sur la terre musulmane de la Libye (…) cette mer dans laquelle vous avez caché le corps du cheikh Oussama ben Laden, nous jurons devant Allah que nous allons la mêler à votre sang », assène-t-il.

Le groupe djihadiste dit agir en représailles à d’anciens incidents confessionnels en Egypte, durant lesquels l’Eglise avait été accusée d’avoir empêché la conversion à l’islam des épouses de deux prêtres coptes.

La dernière vidéo d’exécution diffusée par l’EI remontait au 3 février, lorsque le groupe avait montré un pilote jordanien brûlé vif dans une cage. Il avait été capturé en Syrie en décembre après le crash de son avion alors qu’il effectuait une mission dans le cadre de la coalition internationale antijihadistes menée par Washington.

Accusée de nettoyage ethnique et crimes contre l’Humanité, l’EI a reçu l’allégeance de plusieurs groupes djihadistes, notamment en Libye et en Algérie, exportant ses méthodes brutales et ses pratiques médiatiques.

Le premier groupe djihadiste d’Egypte, Ansar Beït al-Maqdess, s’est rallié à l’EI et revendique régulièrement des attentats spectaculaires contre les forces de l’ordre, publiant des vidéos-chocs tournées durant ces attaques ou filmant des décapitations.

La Libye est plongée dans le chaos depuis la chute en 2011 de Mouammar Kadhafi, les autorités ne parvenant pas à contrôler les dizaines de milices formées d’ex-insurgés qui font la loi face à une armée et une police régulières affaiblies.

Les Emirats mettent « tous leurs moyens » au service de l’Egypte

Les Emirats arabes unis ont annoncé lundi « mettre tous leurs moyens » au service de l’Egypte dans sa lutte antiterroriste après la revendication par le groupe Etat islamique (EI) de la décapitation de 21 chrétiens coptes égyptiens en Libye.

Le ministre émirati des Affaires étrangères, cheikh Abdallah Ben Zayed Al-Nahyane, a vivement dénoncé « ce crime odieux perpétré par le groupe terroriste » EI, dans un communiqué publié par l’agence officielle Wam.

Les Emirats, riche pays pétrolier et l’un des principaux bailleurs de fonds du gouvernement du président Abdel Fattah al-Sissi, « mettent tous leurs moyens au service de l’Egypte pour éradiquer le terrorisme » et réaffirment « leur soutien et leur solidarité totale » avec les Egyptiens.

Des avions de combat égyptiens ont bombardé lundi des positions de l’EI en Libye quelques heures après la mise en ligne par l’EI d’une vidéo montrant des hommes alignés sur une plage les mains menottées dans le dos, avant que leurs bourreaux ne les décapitent au couteau.

La Jordanie a également « condamné cet acte criminel lâche » et appelé à « ce que tous les efforts soient associés pour extirper cette idéologie extrémiste et terroriste », a déclaré le porte parole du gouvernement Mmohammad al Momeni.

Les Emirats et la Jordanie font partie de la coalition dirigée par les Etats-Unis qui mène des frappes contre l’EI en Syrie et en Irak.

Le chef de la diplomatie émiratie a en outre souligné « la nécessité de soutenir le gouvernement légitime libyen », reconnu internationalement, dans « ses efforts pour rétablir son autorité sur l’ensemble du territoire libyen ».

Les Emirats avaient mené en 2014, depuis le territoire égyptien, des raids aériens en Libye dans une tentative d’empêcher la chute de Tripoli aux mains de milices islamistes, selon des responsables américains.

Après la chute du dirigeant Mouammar Kadhafi en octobre 2011, la Libye s’est enfoncée dans le chaos, avec la montée en puissance des milices d’ex-rebelles qui font aujourd’hui la loi.

La situation s’est aggravée ces derniers mois avec deux gouvernements et deux Parlements parallèles et une escalade de violences dans l’est comme dans l’ouest du pays.