Des responsables égyptiens ont rencontré au Caire une délégation israélienne et devaient relayer mercredi ses exigences aux négociateurs palestiniens, dans le cadre des pourparlers en vue d’une trêve durable à Gaza au delà du cessez-le-feu de 72 heures en vigueur depuis mardi.

Ce cessez-le-feu, obtenu grâce aux médiations égyptienne et américaine, est entré dans son deuxième jour et aucun combat n’a été signalé pour l’heure dans la bande de Gaza.

L’armée israélienne s’est totalement retirée de l’enclave palestinienne mardi, près d’un mois après le début d’une nouvelle offensive qui a fait, selon le ministère palestinien de la Santé du Hamas 1 875 morts. Côté israélien, 64 soldats et 3 civils ont péri.

Des médiateurs égyptiens ont rencontré dans la nuit des négociateurs israéliens tout juste arrivés au Caire et devaient s’entretenir « dans la journée » de mercredi avec la délégation palestinienne pour l’informer des exigences israéliennes, ont indiqué à l’AFP des négociateurs palestiniens sous couvert de l’anonymat.

La délégation palestinienne inclut le Hamas qui contrôle la bande de Gaza et qui est la principale cible de l’Etat hébreu.

Selon les mêmes sources, les Palestiniens livreront ensuite leurs exigences aux médiateurs, des hauts responsables des services du renseignement égyptien.

Or, dans la nuit, un des chefs du Hamas et membre de la délégation a catégoriquement rejeté une des conditions posées par les Israéliens pour une trêve prolongée: le désarmement des combattants du Hamas et autres groupes armés dans la bande de Gaza.

« Nous tuerons quiconque tente de prendre nos armes », a juré Ezzat al-Rishq sur son compte Twitter. Dans un entretien à l’AFP, il a précisé que le Hamas ne tiendra même pas compte de la demande israélienne de déposer les armes, notamment les roquettes qu’il tire régulièrement sur le territoire d’Israël.

Ils doivent s’entretenir dans la soirée avec les médiateurs égyptiens, selon Le Caire.

« La question des six points de passage israéliens devrait être abordée, avec l’entrée des besoins humanitaires de base et (du matériel) pour reconstruire Gaza », a déclaré lors d’une conférence de presse le ministre égyptien des Affaires étrangères Sameh Choukri.

« C’est l’un des principaux sujets qui sera discuté dans les négociations (…): l’ouverture (des points de passage) après des années de souffrance endurées par le peuple palestinien ».

L’émissaire du Quartette (ONU, Union européenne, Etats-Unis, Russie) pour le Proche-Orient, l’ancien Premier ministre britannique Tony Blair, est attendu mercredi au Caire en compagnie du coordinateur de l’ONU pour le processus de paix au Proche-Orient, Robert Serry. Ils doivent s’entretenir dans la soirée avec les médiateurs égyptiens, selon Le Caire.