L’Egypte a prolongé de trois mois l’état d’urgence imposé depuis fin octobre dans des régions de la péninsule du Sinaï régulièrement secouées par des attaques djihadistes visant les forces de l’ordre.

Cette décision prise par le président Abdel Fattah al-Sissi et qui doit entrer en vigueur dimanche, a été annoncée samedi par un communiqué de la présidence de la République.

Cet état d’urgence s’accompagne d’un couvre-feu de 17H00 GMT à 04H00 GMT. Il avait été adopté le 24 octobre après la mort de trente soldats dans un attentat près d’Al-Arich, chef lieu de la province du Nord-Sinaï.

Les attaques djihadistes, qui ont tué selon les autorités plus de 500 policiers et soldats, sont généralement revendiquées par le groupe Ansar Beït al-Maqdess (les Partisans de Jérusalem en arabe). Ce groupe est considéré comme la branche égyptienne de l’organisation jihadiste Etat islamique, depuis qu’il a fait allégeance à l’EI et pris le nom de « Province du Sinaï ».