L’Egypte va importer des produits pétroliers des Emirats arabes unis pour un montant de neuf milliards de dollars, a annoncé dimanche le ministère du Pétrole égyptien.

L’accord d’une valeur de neuf milliards de dollars (environ 6,8 milliards d’euros) entrera en vigueur début septembre pour une durée d’un an, a indiqué à l’AFP le porte-parole du ministère du Pétrole Hamdi Abdel Aziz.

Il couvrira « entre 70 et 75 % des importations mensuelles de produits pétroliers de l’Egypte », a-t-il précisé. « Les détails de l’accord seront publiés ultérieurement », a ajouté Abdel Aziz.

Les crises à répétition depuis la révolte de 2011 qui renversa l’ex-président Hosni Moubarak après 30 années au pouvoir ont fait fuir touristes et investisseurs et mis l’économie égyptienne à genoux.

En juillet, l’Egypte a adopté une baisse drastique des subventions sur l’essence, dont les prix sont actuellement parmi les plus bas au monde, l’Etat consacrant plus de 30 % de son budget aux subventions sur les hydrocarbures et les produits alimentaires.

Les Emirats arabes unis sont l’un des principaux soutiens du nouveau pouvoir égyptien qui a remplacé le président islamiste Mohamed Morsi, destitué et arrêté par l’armée en juillet 2013.

L’Arabie Saoudite, les Emirats et le Koweït avaient par ailleurs annoncé des aides cumulées de 12 milliards de dollars pour l’Egypte peu après l’éviction de Morsi par l’ex-chef de l’armée et actuel président Abdel Fattah al-Sissi.