Le groupe djihadiste Etat islamique (EI) a pénétré mercredi pour la première fois à Damas, un fief du régime syrien, en s’emparant d’une grande partie du camp de réfugiés palestiniens de Yarmouk.

Dans le sud de la Syrie, où les forces du président Bashar el-Assad sont en guerre contre différents groupes rebelles depuis plus de quatre ans, des insurgés tentaient de prendre le dernier point de passage frontalier avec la Jordanie.

Lors d’un assaut éclair, les djihadistes de l’EI se sont emparés de la majorité du camp Yarmouk, un quartier du sud de la capitale syrienne, a affirmé à l’AFP le directeur des affaires politiques de l’OLP en Syrie, Anouar Abdel Hadi, en faisant état de la poursuite de combats dans certains secteurs entre jihadistes et groupes armés palestiniens.

C’est la première fois que l’organisation djihadiste, qui contrôle depuis 2013 de vastes régions du nord syrien, pénètre dans la capitale syrienne.

Le camp, situé à environ sept km du centre de Damas, est le plus grand camp palestinien de Syrie. Il comptait 160 000 habitants syriens et palestiniens avant le début du conflit en mars 2011, contre seulement 18 000 actuellement.

En février 2014, des groupes rebelles syriens s’en étaient retirés à l’issue d’un accord avec les groupes armés palestiniens anti-régime. Depuis l’armée l’assiégeait et les habitants souffraient de pénuries de nourriture, d’eau et de médicaments.

« Les combattants de l’EI se sont emparés de la plus grande partie du camp et sont arrivés à l’hôpital Palestine et la rue 15, au centre », a dit le responsable de l’OLP.

Bombardement du camp

L’Observatoire syrien des droits de l’Homme (OSDH) a expliqué que les djihadistes s’y étaient infiltrés à partir de la localité rebelle Hajar al-Aswad, contiguë au camp.

Selon cette ONG, l’armée bombarde avec l’artillerie et l’aviation le camp et Hajar al-Aswad.

L’émergence de l’EI dans le conflit syrien a compliqué la donne car si le groupe extrémiste considère le régime de Damas comme son ennemi, il combat également les autres groupes rebelles, dans sa quête d’hégémonie territoriale.

D’après un militant du camp, l’EI a lancé l’assaut après l’arrestation de deux de ses membres dans le camp soupçonnés d’implication dans le meurtre d’un responsable du Hamas palestinien, un assassinat imputé à l’EI.

Selon le militant et l’OSDH, le groupe qui tente de résister à l’EI dans le camp est celui des « Phalanges Aknaf Beit al-Maqdess », proche du Hamas.

Les intentions de l’EI, un mouvement responsable d’atrocités et accusé de crimes contre l’Humanité, n’étaient pas claires dans l’immédiat et si l’assaut du camp est l’objectif final à Damas.

Combats près de la Jordanie

Une semaine après la prise par les rebelles de l’antique Bosra al-Cham, des combats opposaient mercredi dans un secteur proche des groupes rebelles à l’armée aux abords du dernier poste-frontière avec la Jordanie, appelé Nassib, encore aux mains du régime, selon l’OSDH.

Les insurgés ont pu encercler la zone et s’ils « parviennent à prendre (le poste), cela mettra fin à la présence du régime le long de la frontière jordanienne », a dit à l’AFP Rami Abdel Rahmane, directeur de l’OSDH.

L’armée tente de les repousser avec des raids de son aviation larguant des barils d’explosifs, principal atout du régime dans sa guerre contre les insurgés.

C’est par ce poste-frontière que passent toutes les marchandises produites dans le secteur gouvernemental, à destination de la Jordanie puis du Golfe.

En revanche, l’armée, aidée du Hezbollah libanais, a conquis des hauteurs dominant Zabadani, ville rebelle à une cinquantaine de km au nord-ouest de Damas et frontalière du Liban. L’OSDH a également fait état d’une avance de l’armée à l’ouest de Zabadani située dans la région de Qalamoun.

Selon une source de sécurité, le but est de fermer dans Qalamoun tous les points de passage d’armes et de rebelles entre la Syrie et le Liban.

La guerre en Syrie a fait plus de 215 000 morts et poussé à la fuite plusieurs millions de Syriens.