L’Etat islamique a publié lundi une nouvelle vidéo montrant un journaliste britannique affirmant être un prisonnier du groupe terroriste.

La vidéo mettant en vedette John Cantlie, un photoreporter, est la deuxième d’une série intitulée « Prête-moi tes oreilles ». Elle a été retirée par YouTube peu après avoir été mise en ligne.

L’extrait de minutes se moque du discours du président américain Barack Obama portant sur ​​sa stratégie pour contrer l’EI.

« Quand exactement va commencer la troisième guerre du Golfe et combien de temps durera-t-elle ? » demande Cantlie, vêtu d’une combinaison orange et assis en face d’un fond noir.

« L’Armée syrienne libre est une force de combat indisciplinée, corrompue, et largement inefficace… » déclare-t-il dans la vidéo. « Peu importe le fait qu’elle revende les armes que l’Occident lui donne pour des marchands d’armes et des contrebandiers, et qu’une grande partie d’entre elles se retrouvent alors aux mains de l’État islamique » poursuit-il.

Cantlie raille également le langage « simpliste » d’Obama et son armée de « bras cassés ». Il déclare que le soutien des Etats-Unis contre l’EI était faible. Il affirme que l’EI n’était pas responsable du massacre des chrétiens et des Yézidis en Irak, et qu’il ne considérait pas les chiites comme des musulmans.

Dans la première vidéo, publiée une semaine et demie avant, Cantlie avait dit qu’il travaillait pour des publications comme le Sunday Times, The Sun et The Sunday Telegraph et qu’il était venu en Syrie en novembre 2012, où il a par la suite été capturé.

Le groupe terroriste qui contrôle maintenant environ un tiers de la Syrie et de l’Irak a décapité deux journalistes américains et un travailleur humanitaire britannique, et menacé de tuer un autre otage britannique.

Cette nouvelle vidéo est bien différente des précédentes. Intitulée «Prête-moi tes oreilles », elle fait partie d’une série de «programmes» qui sont censés révéler « la vérité » sur l’Etat islamique.

Aucun « combattant » n’apparaît dans les vidéos, qui ont été publiées en ligne par des personnes associées au groupe terroriste.

En plus des journalistes américains James Foley et Steven Sotloff déjà décapités, et du travailleur humanitaire britannique David Haines, l’EI a menacé de tuer Alan Henning, un ancien chauffeur de taxi britannique qui a été fait prisonnier en décembre peu après avoir rejoint un convoi d’aide et franchi la frontière entre la Turquie et la Syrie.