Intitulée « Qu’Allah maudisse la France », cette revue de 15 pages décrit la France comme étant l’ennemi de l’islam et ce depuis la Révolution française, une époque où le pays aurait adopté « une autre religion tout aussi mensongère et idolâtre que le catholicisme romain : la démocratie et la laïcité ».

Le site MEMRI rapporte les principales idées développées par l’organe de presse de l’Etat islamique qui souligne l’importance de l’Hijira (émigration vers le Califat) : « Tout musulman sincère émigre vers l’une des régions de l’État islamique, cette terre d’islam, et quitte les terres de mécréance… »

En prenant l’exemple des attentats perpétrés en France, les auteurs invoquent des sources islamiques pour justifier et encourager les attaques contre ceux qui portent atteinte au prophète Mahomet. « Les savants sont unanimes pour dire que celui qui insulte le Prophète ou le critique est un mécréant, sur qui, pèse la menace du châtiment d’Allâh. Son jugement est la mort. »

Au fil des pages, l’on découvre que le crime de blasphème est envisagé dans un sens élargi et concerne « toute moquerie ou insulte envers Allâh, ses anges, ses livres, le paradis ou l’enfer ».

Les auteurs prennent également soin de différencier les musulmans et les mécréants, eux seuls pouvant être tués.

« Celui qui est appelé musulman, son sang et ses biens sont sacrés. Celui qui est nommé mécréant, ses biens sont licites pour les musulmans et son sang peut être versé, son sang est le sang du chien, pas de péché à le verser, et pas de prix du sang à payer. »

L’invitation au crime est sans équivoque. « Ô toi le mouwahhid, où que tu sois, aide tes frères et ton Etat comme tu le peux. Et le mieux que tu puisses faire, c’est de faire tous les efforts pour tuer n’importe quel mécréant français ou américain ou n’importe quel mécréant parmi leurs alliés. »

Dar Al-Islam livre même une explication de texte sur les moyens pour porter atteinte « aux mécréants ».

« Si tu ne peux pas par l’explosif ou la balle, alors isole toi avec l’Américain ou le Français mécréant ou n’importe lequel de leurs alliés, écrase leurs têtes avec une pierre ou égorge-les avec un couteau, écrase-le avec ta voiture ou pousse-le d’une montagne ou étrangle-le ou empoisonne-le (…) Si tu ne peux pas, alors brûle sa maison, sa voiture ou son commerce. Si tu ne peux pas, fais périr ses cultures. Et si tu ne peux pas, crache-lui sur le visage. »