NEW YORK – L’émir du Qatar a accusé Israël de « crimes de guerre » et de « crimes contre l’humanité » commis cet été pendant la guerre de 50 jours contre le Hamas à Gaza.

Cheikh Tamim Bin Hamad Al Thani a utilisé son discours à l’Assemblée générale de l’ONU mercredi pour exhorter les dirigeants du monde deà ne pas recevoir les dirigeants israéliens dans leurs « salons diplomatiques ».

Le leader du Qatar a également appelé le Conseil de sécurité à adopter une résolution obligeant Israël à mettre fin à son « occupation » des territoires palestiniens, selon un calendrier précis.

Le discours de l’émir était le dernier dans une guerre des mots entre les deux pays qui a dégénérée au cours des combats de cet été. Fin août, l’ambassadeur à l’ONU d’Israël Ron Prosor avait publié une critique enflammée du Qatar, accusant l’émirat du golfe Persique de financer directement les organisations terroristes, comme le Hamas et les groupes affiliés à Al-Qaïda en Syrie, afin d’affirmer et d’amplifier son influence mondiale.

Dans un article d’opinion pour le New York Times, Prosor a exhorté les puissances internationales à déployer tous les efforts pour mettre fin à la capacité du Qatar à financer le terrorisme, notamment celui du Hamas.

« Aujourd’hui, le petit royaume du pétrole est déterminé à acheter son hégémonie régionale par tous les moyens, et comme d’autres acteurs au Moyen-Orient, il a utilisé des alliés pour tirer parti de son influence et déstabiliser ses rivaux » a écrit Prosor.

« Chacun des tunnels et chacune des roquettes du Hamas pourraient avoir eu au-dessus une pancarte disant ‘Rendu possible grâce à un don en nature de l’émir du Qatar’ » a-t-il ajouté.

Prosor a également accusé le réseau d’information qatari Al-Jazeera, qui est financé par l’émirat et par les Thani en particulier, de diffuser « des messages radicaux qui ont enflammé les groupes les plus sectaires » à travers le Moyen-Orient.

L’ambassadeur d’Israël a suggéré « qu’à la lumière du soutien sans bornes de l’émirat pour le terrorisme », la FIFA devait réévaluer sa décision de nommer le Qatar hôte de la Coupe du Monde de football en 2022.

La semaine précédente, Gerd Mueller, le ministre allemand du Développement a suggéré que le Qatar soutenait financièrement l’Etat Islamique, qui a autoproclamé un califat islamique couvrant de vastes étendues de territoires sur les deux côtés de la frontière entre la Syrie et l’Irak.

Dans une interview à la télévision avec la chaîne publique ZDF, Mueller a dit qu’il était important d’examiner qui finançait le groupe, et que « le Qatar était le mot clé ».

Des responsables allemands, cependant, se sont efforcés de rapidement lisser cette allégation.

Le Qatar a été l’un des premiers pays du Moyen-Orient à condamner la récente décapitation du journaliste américain James Foley, disant qu’il s’agissait d’« un crime odieux allant à l’encontre de tous les principes humanitaires et islamiques, ainsi que les lois et les conventions internationales ».