Le procureur général a clos mercredi l’enquête pour accusation d’agression sexuelle à l’encontre du ministre de l’Energie et de l’Eau, candidat à la présidentielle.

« Les faits décrits par la plaignante ont dépassé le délai de prescription, et de ce fait même s’il était possible de prouver, de façon valable, que ces crimes ont été commis, il nous serait impossible de poursuivre une action en justice, » explique Yehuda Weinstein dans une déclaration.

Shalom a été interrogé par la police pour la première fois fin mars après qu’une ancienne employée ait affirmé qu’il l’avait agressée sexuellement 15 ans auparavant.

Aussi bien la police que le procureur ont cherché à corroborer ces dires avec d’autres plaintes de femmes, sans lesquelles toute action aurait été quasi-impossible à cause du délai de prescription.

Une possible seconde victime a été trouvée par la suite, mais elle a catégoriquement refusé de porter plainte.

Après avoir enquêté sur ces allégations, la police et le procureur général ont décidé de clore l’enquête.