L’ambassadeur israélien aux Nations Unies, Danny Danon, a demandé que le Secrétaire Général Ban Ki-moon condamne les menaces formulées par le dirigeant du Hezbollah Hassan Nasrallah d’infliger des pertes semblables à une attaque nucléaire en bombardant la ville de Haïfa dans un futur conflit.

« Lorsqu’un groupe terroriste menace des citoyens d’un pays, le silence est inacceptable », a écrit Danon dans une lettre à Ban jeudi.

Mardi, Nasrallah a insisté lors d’un discours que si le groupe chiite libanais ne cherchait pas actuellement une guerre avec Israël, il pourrait vaincre l’état juif dans un futur conflit en ciblant un large réservoir d’ammoniac à Haïfa.

Danon a qualifié la présence renforcée du Hezbollah le long de la frontière du nord d’Israël avec le Liban de une violation flagrante de la Résolution des Nations Unies 1701, qui appelle à ce que la zone soit dépourvue de personnel en arme.

« Le renforcement militaire dangereux du Hezbollah, et les déclarations meurtrières de ses dirigeants, exigent une condamnation », a déclaré Danon selon un communiqué provenant de son bureau.

« Le Hezbollah a transformé le sud Liban en une forteresse militaire afin de pouvoir ouvrir le feu sans discrimination sur la population civile d’Israël, dans ce qui pourrait être un crime de guerre », a-t-il déclaré en faisant référence à la Résolution 1701.

Le discours de Nasrallah de mardi a entraîné une vague de consternation en Israël sur sa menace spécifique contre l’usine chimique de Haïfa, et a poussé des officiels du gouvernement à promettre qu’ils travaillent à déplacer l’usine d’ammoniac vers le sud d’Israël.

« Cela serait exactement comme une bombe nucléaire, nous pouvons dire que le Liban dispose aujourd’hui d’une bombe nucléaire, vu que n’importe quelle roquette pourrait frapper ces réservoirs en créant l’effet d’une bombe nucléaire », a déclaré Nasrallah en ajoutant que le Hezbollah, qui aurait perdu beaucoup de ses hommes dans la guerre civile syrienne, continue à renforcer ses capacités.

Le Hezbollah, qui a combattu une guerre brutale contre Israël en 2006, n’a pas été désigné comme un groupe terroriste par les Nations unies.