L’ambassadeur israélien aux Nations unies, Ron Prosor, a lu un passage de l’hymne national israélien devant le Conseil de sécurité alors que Yom Hazikaron, le Jour du souvenir des soldats tombés et des victimes du terrorisme, commençait mardi en Israël.

Il a exprimé devant l’ONU l’espoir de paix d’Israël, mais son refus de « capituler » devant la guerre et le terrorisme.

« Nous rendons hommage aux 23 320 personnes qui ont perdu leur vie dans les guerres et les actes terroristes. Nous nous souviendrons des courageux soldats tombés pour que nous puissions vivre libres, et des milliers d’hommes, femmes et enfants qui ont été dépouillés de leur vie simplement parce qu’ils étaient israéliens », a déclaré Prosor.

« La guerre n’a jamais été le choix de l’Etat d’Israël, notre choix est et restera à jamais la voie de la paix. Lorsque la guerre et le terrorisme nous sont imposés, nous ne capitulons pas. Nous ne reculerons pas. Pendant près de 2 000 ans, le peuple juif a été apatride et impuissant face à la haine et à l’indifférence. Ces temps sont révolus », a-t-il poursuivi.

Prosor a ensuite souligné que, jeudi, Israël fêtera son 67e anniversaire comme « Etat juif, libre et indépendant », puis il s’est levé et a lu un passage de l’hymne national, d’abord en hébreu, puis en anglais.

« Avec une grande joie, la tête haute, nous célébrerons la concrétisation des paroles de notre hymne national, la Hatikva. Notre espoir n’est pas perdu, l’espoir de deux mille ans, d’être un peuple libre sur notre terre, la terre de Sion et de Jérusalem. »