Un haut responsable du football israélien a dénié la possibilité qu’Israël soit expulsé de la FIFA en raison des faibles progrès des restrictions de déplacement des joueurs palestiniens.

Des responsables de la FIFA avaient déjà indiqué qu’ils voulaient que ce problème soit résolu. En février, l’Association palestinienne de football a déclaré qu’elle demanderait l’expulsion d’Israël de la FIFA, lors du congrès de la FIFA à Sao Paolo prévu cet été, si les conditions ne s’amélioraient pas.

Le président de l’Association israélienne de football, Rotem Kemer, a annoncé la semaine dernière lors d’un congrès du football européen au Kazakhstan, qu’il doutait fort qu’Israël soit sanctionné. Il a souligné que l’Association israélienne de football faisait des efforts pour tenter de résoudre le problème.

« Nous faisons de notre mieux pour aider l’association palestinienne. Nous essayons de leur faciliter les choses. Je ne pense pas que nous serons expulsés de la FIFA car nous faisons d’énormes progrès avec les Palestiniens, » aurait déclaré Kemer selon le site dédié au sport, Inside World Football.

Kemer a souligné que « nous sommes sur la bonne voie » et indiqué qu’il n’était pas juste de les menacer d’expulsion car « ça n’a jamais été la politique de la FIFA ni de l’UEFA de mélanger la politique et le sport. »

Des responsables palestiniens du football se plaignent depuis longtemps des restrictions israéliennes de mouvement pour entrer et sortir de la Cisjordanie. Jérusalem maintient ces restrictions pour des questions de sécurité. Mais elles occasionnent des difficultés pour les joueurs afin de jouer à l’étranger.

En 2010, l’équipe palestinienne avait dû annuler sa participation aux matchs qualificatifs de la Coupe du monde car Israël avait refusé de délivrer les documents nécessaires à plusieurs des joueurs.

En 2013, les équipes d’Irak, de Jordanie et des Émirats arabes avaient eu des difficultés à entrer en Cisjordanie pour un tournoi de jeunesse.

En février, le président de l’Association palestinienne de football et haut membre du Fatah, Jibril Rajoub, avait indiqué qu’en raison des restrictions de mouvement, il demanderait « l’explsion d’Israël de la FIFA et du Comité olympique international. » Il avait ajouté qu’il avait obtenu le soutien de plusieurs Etats musulmans, dont l’Iran, la Jordanie et la Tunisie.

La FIFA reconnaît l’équipe nationale palestinienne comme un membre à part entière. L’année dernière, le président de la FIFA Sepp Blatter avait annoncé qu’une équipe d’intervention avait été créée et qu’elle trouverait une solution avant la fin de l’année 2013.

Blatter a affirmé que la situation avait progressé lors d’une discussion entre les responsables de la FIFA et des associations israéliennes et palestiniennes de football en mars à Zurich, selon le quotidien Haaretz.

Il a indiqué qu’il s’entretiendrait à nouveau avec les responsables israéliens et palestiniens de football avant le congrès de la FIFA à Sao Paulo en juin.

L’équipe palestinienne est actuellement 150ème au classement, son prochain match international pour lequel elle a besoin de la liberté de mouvement des joueurs est en mai.

L’équipe devrait en effet jouer aux Maldives pour l’AFC Challenge Cup 2014 qui se déroulera du 19 au 30 mai. L’équipe gagnante du tournoi qui oppose huit nations participera à l’Asian Cup 2015 en Australie.