L’équipe nationale de basketball d’Israël a une recette pour le succès – oui, littéralement une recette.

DayTwo, une start-up israélienne, aide à préparer des régimes spécifiques pour les joueurs en se basant sur le séquençage de l’ADN du microbiome de l’estomac – les millions de bactéries, de virus et de microbes qui vivent dans les estomacs humains et dont on sait qu’ils ont un impact important sur de nombreux aspects des fonctions corporelles.

La technologie de DayTwo est basée sur une étude menée par l’Institut Weizmann, le Projet de nutrition personnalisé, dirigé par le professeur Eran Segal du département d’informatique et de mathématiques appliquées et le Dr Eran Elina du département d’immunologie. Elle a été publiée en 2015 dans la revue scientifique Cell.

Selon Lihi Segal, cofondatrice et PDG de DayTwo, cette étude « prouve que différentes personnes consommant les mêmes aliments peuvent avoir des réponses glycémiques différentes, et qu’une bactérie de l’estomac en est responsable. Mêmes des aliments qui sont considérés comme bons pour la santé, les pommes par exemple, peuvent augmenter le niveau de sucre dans le sang d’individus qui n’ont pas une bonne réponse aux pommes. »

« Pour les athlètes, des niveaux de sucre élevés dans le sang avant la pratique d’un sport ou avant un match pourraient entraîner une réduction des niveaux d’énergie. »

Dans le cadre du programme, DayTwo va analyser les microbiomes de chaque joueur de l’équipe et fournir la liste individuelle des aliments qu’ils devraient ou ne devraient pas manger, et la liste sera différente d’un joueur à l’autre. L’objectif est de conserver le niveau de sucre dans le sang des joueurs à un niveau gérable, afin d’éviter des pics initiaux de sucre dans le sang qui augmentent les niveaux d’énergie pour une courte période de temps suivie d’un effondrement redouté du niveau de sucre.

Pour DayTwo, la règle d’or est qu’il n’y a pas de mauvais aliment – seulement des mauvaises réactions à ces aliments, en fonction de qui les mange. La recherche menée par l’Institut Weizmann a examiné environ 800 personnes qui ont mangé un total d’environ 47 000 repas et ont découvert que les réponses du niveau de sucre dans le sang variaient de manière significative entre les gens – et que la composition des bactéries de l’estomac constituait un facteur important.

En en basant sur cette recherche, l’équipe a développé « un algorithme avec une machine intelligente qui intègre les paramètres sanguins, les habitudes diététiques, l’anthropométrie, l’activité physique, et les microbiotiques mesurés dans l’estomac. L’équipe a montré que l’algorithme prédit précisément la réponse glycémique post-prandial à des repas de la vie réelle », selon cette étude.

D’autres études réalisées par l’équipe se sont concentrées sur la comparaison d’aliments spécifiques, comme le pain et le pain complet. Si ce dernier est généralement considéré comme bon pour la santé, le premier serait la source de tous les maux diététiques selon les nutritionnistes. Mais ce n’est pas forcément la vérité, selon Segal, chercheur de l’Institut Weizmann.

« La conclusion initiale, et cela allait vraiment à l’encontre des résultats que l’on attendait, était qu’il n’y avait pas de différences cliniques significatives entre les effets de ces deux types de pain sur aucun des paramètres qui étaient mesurés ».

L’étude sur le pain confirme simplement ce que l’équipe a découvert dans son étude de 2015. « Des personnes différentes réagissent différemment, même à une nourriture similaire », a déclaré Elinav. « Jusqu’à présent, les valeurs nutritionnelles assignées à un aliment ont été basées sur la science minimale, et les soi-disant régimes qui fonctionneraient pour tout le monde ont lamentablement échoué ».

C’est ainsi qu’est né DayTwo, une start-up qui analyse les microbiomes en se basant sur un échantillon de selles et fournit un profil de nutrition personnalisé pour chaque individu – avec des recommandations et des classements sur des milliers d’aliments indiquant s’il sont bons ou non pour un individu.

Avi Kovalsky, un entraîneur de l’équipe national de basketball, a déclaré que « s’assurer d’un niveau correct de sucre dans le sang est fondamental pour des athlètes professionnels. Avec ce système, nous espérons voir une augmentation du niveau d’énergie de chaque athlète ».

DayTwo en juin a annoncé qu’il avait mené à terme une campagne de levée de fonds de 10 millions d’euros grâce à Johnson et Johnson Innovation – JJDC, Inc. (JJDC), le fonds du Capital pour la Santé de Sept Partenaire, Clinique Mayo, le co-fondateur Marius Nacht, et d’autres investisseurs privés. Auparavant, l’entreprise a levé 4,2 millions d’euros d’investisseurs privés.

Les athlètes ne constituent pas le seul groupe qui bénéficiera de cette recherche. La recherche de Weizmann et de sa mise en application par DayTwo pourrait sauver la vie de centaines de millions de personnes dans le monde qui sont susceptibles de contracter le diabète de type II.

Les niveaux de glucose dans le sang augmentent rapidement dans la population, comme en témoigne la rapide augmentation de la prévalence du pré-diabète : rien qu’aux Etats-Unis, 37 % de la population a des symptômes de pré-diabète, comme en témoignent plusieurs études.

Le pré-diabète, caractérisé par des réponses anormales du glucose dans le sang, représente un risque significatif de développer des diabètes de type II (TIIDM), avec jusqu’à 70 % des prédiabétiques qui finissent par développer la maladie.

« Nous avons seulement vu la partie immergée de l’iceberg pour savoir à quel point le microbiome est important dans un régime personnalisé, pour la nutrition et dans son influence sur des problèmes de santé chroniques. Nous voulons permettre à nos consommateurs d’avoir la possibilité de vivre pleinement une vie joyeuse et saine, a déclaré Segal. DayTwo a apporté des preuves pratiques et basées sur la science afin de créer une application mobile, pour faciliter la nutrition personnalisée et la rendre pratique pour la première fois. Cela permet à DayTwo d’avoir un impact sur la vie de centaines de millions de personnes qui luttent contre des problèmes liés à des régimes ou la nutrition au quotidien ».