1. Ma sortie du placard sur internet

Pendant la guerre, Nadia Ellis, avait écrit un blog pour confier son agacement vis-à-vis des messages de haine qui défilaient sur son compte Facebook pendant l’opération Bordure protectrice.

« J’en ai marre de voir que nous sommes devenus des partisans d’un match de foot de bas étage. Que tout ce qui compte est de battre (dans tous les sens du terme) l’adversaire, car nous appartenons à l’équipe des bons, eux celle des mauvais. Des méchants. Des barbares. Des extrémistes. »

2. L’Aliyah sans langue de bois

Avis aux candidats, Binyamin Lachkar ne mâche pas ses mots sur la vie en Israël.

« Je ne veux pas vous effrayer ni vous décourager, juste vous éviter les mauvaises surprises. Je suis très heureux en Israël, je pense que la qualité de la vie y est bien meilleure qu’en France, qu’on y est plus heureux et surtout plus libres et épanouis. Pour que vous aussi puissiez profiter de ce qu’Israël a de meilleur à nous offrir, soyez préparés à ce qui va vous tomber sur la tête. »

3. ONPC : ce qu’il fallait répondre à Aymeric Caron et Léa Salamé

Myriam Shermer revient sur l’émission de Laurent Ruquier qui avait encore fait parler d’elle en raison de l’attitude du duo de journalistes.

« Face au mitraillage, BHL sauve la face. Mais il aurait pu faire plus. Il aurait pu traquer un à un les mensonges, contre-vérités et imprécisions que les deux compères ont balancé en toute impunité, sous les applaudissements du public. »

4. Pour Marie-Claire, les Juifs assassinés à l’HyperCacher ne sont que des « autres »

Bernard Musicant s’indigne du traitement médiatique de la mort des victimes d’Amedy Coulibaly, fait par le célèbre magasine féminin.

« L’éditorial du dernier numéro de Marie-Claire ne connait que le 7 janvier 2015 (Charlie) et le 11 janvier (la manifestation). Policière de Montrouge et Juifs assassinés à Vincennes sont des « autres ». Maladresse, banalisation, bêtise ou révélateur de la réduction du Mal au seul monde journalistique. »

5. La haine ment

Gabriel Abensour revient avec brio sur « l’illusion visant à simplifier au maximum la complexité d’un conflit et l’horreur de la souffrance humaine ».

« Plutôt que de chercher une énième fois le coupable de ce conflit israélo-palestinien qui épuise notre quotidien, je voudrais parler de l’aveuglement des deux camps et de la déshumanisation de l’ennemi qui porte un coup dur à notre propre humanité. »

6. Monsieur Netanyahu, la France est mon pays

Brigitte Goldberg répond à l’appel du Premier ministre israélien lancé, après les attentats de Paris, aux Juifs de France pour qu’ils fassent leur alyah.

« Voyez-vous monsieur Netanyahu, ma famille est juive depuis nombre de générations, mes grands-parents sont arrivés en France au début de ce siècle fuyant les pogroms et ce pays les a accueillis comme nombre d’entre nous. »

7. France, ma belle France, mon amour, tu perds tes juifs

Lea Cohen Robineau s’attriste et s’indigne que « l’ennemi n’est pas étranger, il est français. »

« France, ma belle France, mon amour. Tu perds tes juifs. Tu sais, ces citoyens sans qui tu ne serais pas ce que tu es aujourd’hui, ceux qui ont participé à ta culture, ton intelligence, ta construction, tes guerres… Oui, tes guerres aussi, et aujourd’hui, ne sommes-nous pas en guerre ? Tu brûles de l’intérieur, je te vois, tu agonises. »

8. Un diplomate Arabe israélien prône un incroyable message d’espoir

Il arrive de traduire des discours qui nous interpellent – en voici un bel exemple, celui de Georges Deek.

« Quand j’avais 7 ans, j’ai fait partie d’une bande de la communauté arabe-chrétienne de Jaffa. C’est là que j’ai rencontré, mon professeur de musique qui m’apprenait à jouer de la flûte et ensuite de la clarinette. Je réussissais bien. Avraham est un survivant de la Shoah, et toute sa famille a été assassinée par les nazis. »

9. Les 14 faits qu’on oublie de vous dire au sujet de l’alyah

Préparez-vous à rire avec Neil Lazarus..!

« L’Agence juive et Nefesh B’Nefesh poussent les Juifs du monde entier à faire leur alyah avec une liste de promesses et une poignée de rhétorique. »

10. Le signal du départ ?

Le brillant Schmuel Trigano revient sur les événements du dimanche 13 juillet 2014 à Paris.

« Ce qui s’est passé le dimanche 13 juillet 2014 à Paris est, à de nombreux points de vue, un événement considérable, un tournant dans la vague antisémite commencée au début des années 2000. »

Un manifestant français à Paris qui fait une quenelle en portant un masque et une fausse roquette - 13 juillet 2014 (Crédit : AFP)

Un manifestant français à Paris qui fait une quenelle en portant un masque et une fausse roquette – 13 juillet 2014 (Crédit : AFP)