Les actions de Teva bondissent à Tel Aviv
Rechercher

Les actions de Teva bondissent à Tel Aviv

Le nouveau PDG de l'entreprise pharmaceutique vise à réduire les dépenses de 1,5 milliard à 2 milliards de dollars au cours des deux prochaines années

Un tableau des fluctuations du marché à la bourse de Tel Aviv. Illustration. (Crédit : Moshe Shai/Flash90)
Un tableau des fluctuations du marché à la bourse de Tel Aviv. Illustration. (Crédit : Moshe Shai/Flash90)

L’action Bloomberg de Teva Industries Pharmaceutiques a fait un bond dimanche à la bourse de Tel Aviv, suite à l’augmentation vendredi du stock de médicaments du fabricant aux Etats-Unis, après qu’un rapport a indiqué que l’entreprise envisage de supprimer jusqu’à 10 000 emplois pour réduire les coûts.

Bloomberg a annoncé vendredi que le nouveau PDG de Teva, Kåre Schultz, avait l’intention de réduire ses dépenses de 1,5 milliard à 2 milliards de dollars au cours des deux prochaines années, citant des sources proches du dossier. Un peu moins de la moitié des réductions seront liées aux dépenses de recherche et développement.

Pour dissiper les inquiétudes des investisseurs, les sources de Bloomberg ont également déclaré que le fabricant de médicaments ne prévoit pas de proposer une offre d’actions à court terme. Le titre a bondi à son plus haut niveau en près de deux mois vendredi à New York après l’annonce de Bloomberg.

Malgré tout, on a dit à Bloomberg qu’aucune décision finale n’avait été prise et que les objectifs de licenciement pourraient varier, avec une fourchette de 5 000 à 10 000 emplois. Les suppressions d’emplois pourraient représenter plus de 15 % de l’effectif de Teva, a déclaré Bloomberg.

Teva ne commente pas les rumeurs, déclarées par une porte-parole à Tel Aviv dans un SMS.

Kåre Schultz de Teva. (Autorisation)

Schultz, qui a pris le contrôle le mois dernier du plus grand fabricant mondial de médicaments génériques, a été chargé de définir la stratégie de l’entreprise israélienne en réduisant les coûts et en cédant des actifs pour rembourser la dette et restaurer la confiance des investisseurs.

Après quelques semaines à sa fonction, il a effectué ses premiers changements dans l’entreprise de Jérusalem, annonçant le mois dernier une nouvelle organisation et une nouvelle structure de direction visant à donner à l’entreprise plus d’intérêt commercial pour les investisseurs, qui ont vu le prix des actions parvenir à son plus bas niveau en 17 ans.

Schultz, qui a été nommé en septembre et a pris ses fonctions le 1er novembre, a également déclaré que Teva travaille sur un plan de restructuration détaillé qui sera communiqué à la mi-décembre.

L’une des premières et principales missions de Schultz sera de superviser et de mettre en œuvre la fusion du fabricant de médicaments avec Actavis Generics, un accord de 40 milliards de dollars qui s’est avéré coûteux pour l’entreprise.

Les médicaments génériques ont souffert de baisses de prix, en raison de la concurrence accrue et de la mise en œuvre par l’organe de certification des aliments et des médicaments des États-Unis d’une politique d’approbation de plus de versions de médicaments génériques. Le médicament vedette de Teva contre la sclérose en plaques, Copaxone, est également victime de la concurrence des versions de contrefaçon.

Au 30 septembre 2017, la dette de Teva s’élevait à 34,7 milliards de dollars, soit plus du double de la valeur marchande de l’entreprise, qui était de 16,3 milliards de dollars vendredi.

Les actions de Teva, qui ont dégringolé de 60 pour cent l’année dernière, s’échangeaient 7,7 % de plus à 11h31 à Tel Aviv. Les actions cotées à New York ont clôturé en hausse de 7,1 % vendredi.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...