Les violences communautaires entre jeunes musulmans et druzes dans un village du nord d’Israël se sont apaisées dans la nuit de samedi, avec une forte présence policière déployée dans la région pour éviter de nouveaux affrontements.

Un pétard de fortune a été lancé sur un café à Abu Snan tôt dimanche matin, causant des dommages à l’immeuble, a indiqué la police. Personne n’a été blessé dans l’attaque.

Vingt personnes étaient toujours hospitalisées à l’hôpital de Nahariya suite à une énorme bagarre qui s’est déroulée dans la nuit de vendredi entre membres des communautés musulmane et druze dans la ville septentrionale.

Un des blessés est dans un état critique, cinq dans un état grave, et le reste modéré à léger, a annoncé la radio Kol Israël.

La plupart ont été blessés par une grenade. Les participants auraient également tiré des balles réelles lors de l’échauffourée.

Le chef de la municipalité d’Abu Snan, Nuhad Mishlav, a déclaré que les combats ont éclaté suite à une attaque au poignard entre deux élèves du secondaire, un musulman et un druze, après un échange d’insultes en ligne.

Il a précisé que la bagarre n’était pas liée à un autre incident plus tôt dans la semaine, dans lequel des étudiants musulmans ont été harcelés pour porter le keffieh à l’école, en signe de protestation contre la mort de Kheir Hamdan, 22 ans, abattu par la police israélienne à Kafr Kanna.

« La municipalité s’efforce de calmer la situation et de rétablir le calme dans le village, et il n’y aura pas de séparation entre les étudiants musulmans et druzes », a déclaré Mishlav lors d’une conférence de presse samedi, selon la Dixième chaîne.

Une réunion d’urgence entre des membres du conseil, des députés et des représentants religieux a été improvisée samedi soir pour tenter d’apaiser les tensions.

Au moins 26 personnes ont été blessées dans une bagarre vendredi soir entre une trentaine de jeunes musulmans et druzes, incitant les dirigeants des deux communautés à fermer les écoles dimanche.`

Une vidéo du violent incident a été postée sur le site populaire en langue arabe Panet, selon lequel des coups de feu ont été tirés.

La police a envoyé des renforts dans la ville pour rétablir l’ordre et maintenir le calme.