Israël a autorisé 46 athlètes de la bande de Gaza à se rendre en Cisjordanie pour participer vendredi au marathon de la Palestine, allégeant ainsi sa politique de stricte séparation entre les deux territoires palestiniens.
 
Le Comité olympique palestinien avait demandé des permis d’entrée pour 55 coureurs avant le troisième marathon annuel qui se tient vendredi à Bethléem, neuf d’entre eux ont été rejetés par le COGAT, l’organe du ministère de la Défense chargé de coordonner les activités israéliennes dans les territoires palestiniens, a indiqué l’officier de coordination palestinien.

Un des athlètes auquel une autorisation a été accordée est Nader al-Masri, un champion dont l’entrée avait été refusée dans le passé et qui avait fait appel à la Haute Cour israélienne par l’intermediare de Gisha, une ONG israélienne spécialisée dans la liberté de mouvement des Palestiniens.

En 2014, aucun habitant de Gaza n’a été autorisé à se rendre en Cisjordanie pour le marathon, qui est également présenté comme une manifestation en faveur de la liberté de mouvement des Palestiniens.

Israël avait décidé d’isoler la bande de Gaza de la Cisjordanie depuis la violente prise de contrôle de l’enclave côtière en 2007 par le Hamas. Cette politique a été allégée ces derniers mois permettant la sortie de résidents et de produits agricoles.

Par ailleurs, selon le site d’information Ynet, Jibril Rajoub, qui dirige la fédération de football palestinienne, fait pression pour éliminer Israël de l’Union des associations européennes de football (UEFA) en raison de restrictions de la liberté de mouvement des athlètes de Gaza.

Le président de l’UEFA Michel Platini a averti mercredi Avi Luzon le président de la fédération de football d’Israël que les efforts de Rajoub sont « sérieux » et risquent de gagner du terrain au niveau international.

Dans un communiqué de presse publié jeudi, Gisha a affirmé que les pressions diplomatiques de Rajoub, couplées avec son propre appel devant la Haute cour – dans lequel les juges avaient demandé aux autorités israéliennes d’envisager l’autorisation des athlètes de Gaza – a provoqué le changement de la politique israélienne.

Il y a deux mois, le COGAT avait remplacé sa liste restrictive des domaines sportifs dont les athlètes sont autorisés à demander un permis par une directive générale permettant à tous les membres des équipes nationales de passer de la bande de Gaza à la Cisjordanie, et de voyager à l’étranger.

Mais selon Gisha, cette politique n’est pas appliquée de façon uniforme.

Il y a quelques semaines, l’équipe palestinienne de football de plage n’a pas été autorisée à quitter Gaza pour participer à un championnat au Qatar.

Gisha a réagit en écrivant : « Étant donné qu’Israël a déjà reconnu que les athlètes des équipes nationales doivent être autorisés à voyager pour réaliser leur potentiel, il doit s’efforcer d’appliquer cette reconnaissance de façon plus cohérente ».

Et de poursuivre, « Israël a compris qu’il ne peut pas interdire aux athlètes n’ayant pas de casier de participer à un événement si central ».

« Il a peut-être aussi réalisé que ça ne sert à rien de faire porter la conduite de ses relations avec l’Autorité palestinienne sur le dos des citoyens ».

Le COGAT n’a pas répondu à notre demande de commentaires.