La chef de la diplomatie européenne, Federica Mogherini, a déclaré mardi que le récent massacre de Paris est « un sinistre rappel » que l’antisémitisme est toujours une menace et cela 70 ans après que l’Holocauste a pris fin. Les Juifs d’Europe sont toujours menacés.

Dans une déclaration publiée le jour de la Journée internationale dédiée à la mémoire des victimes de l’Holocauste en hébreu et en anglais, Mogherini affirme qu’elle se joint « à la commémoration de ce crime sans précédent de l’Histoire de l’Homme, un crime où six millions de Juifs, et d’autres victimes innocentes, des Roms, des prisonniers politiques, des prisonniers de guerre, des handicapés, des homosexuels ont été tués dans les camps de la mort nazis. »

La diplomate de l’UE poursuit en expliquant que les cérémonies marquant le 70e anniversaire de la libération du camp d’Auschwitz-Birkenau ont lieu « dans un contexte difficile » – moins de trois semaines après que des islamistes radicaux ont tué quatre Juifs dans un supermarché casher et douze personnes dans les bureaux de Charlie Hebdo.

« La dernière attaque terroriste dans un supermarché casher à Paris, au cours de laquelle quatre personnes ont été tuées, est un rappel sinistre que l’antisémitisme violent existe toujours. Soixante-dix ans après l’Holocauste, il y a des communautés juives en Europe qui se sentent encore menacées », ajoute Mogherini.

« De ce fait, aujourd’hui, plus que jamais, cela n’est plus assez de dire ‘Plus jamais’. Nous devons transformer ces mots en action. Aujourd’hui, plus que jamais, nous devons informer les générations nées après l’Holocauste au sujet des terribles événements qui ont eu lieu sur le sol européen et les éduquer pour qu’elles se lèvent contre l’antisémitisme et toutes les autres formes de discriminations », affirme-t-elle.