Les chefs de la diplomatie arabes réunis jeudi en Egypte ont approuvé un projet de force militaire conjointe, ont annoncé le secrétaire général de la Ligue arabe et le ministre égyptien des Affaires étrangères.

Ce projet de résolution doit encore être présenté au sommet de la Ligue arabe qui s’ouvrira samedi dans la station balnéaire égyptienne de Charm el-Cheikh, et qui devrait l’adopter.

Les ministres « se sont mis d’accord sur un principe important, la création de la force » militaire, a affirmé le patron de l’organisation panarabe Nabil al-Arabi lors d’une conférence de presse, qualifiant cette décision « d’historique ».

« C’est la première fois qu’une force sera créée et fonctionnera au nom des pays arabes », a-t-il souligné.

« Les ministres se sont mis d’accord », a confirmé le chef de la diplomatie égyptienne Sameh Choukri durant la conférence de presse, qui clôturait une réunion des ministres arabes des Affaires étrangères préparant le sommet.

L’objectif de cette force sera notamment de combattre les groupes « terroristes », avait récemment indiqué M. Arabi dans un entretien à l’AFP.

Mais le projet a été accéléré avec une intervention militaire arabe au Yémen pour contrer les rebelles chiites Houthis qui menacent Aden, le fief du président Abd Rabbo Mansour Hadi.

Les autorités yéménites avaient appelé mercredi à une intervention militaire « urgente » et l’Arabie saoudite a lancé dans la nuit ses avions de combat pour bombarder des positions des Houthis, notamment à Sanaa, dans une opération militaire « impliquant plus de 10 pays », selon elle, dont l’Egypte et le Maroc.