Les chrétiens célèbrent Pâques sur le site de la Résurrection à Jérusalem
Rechercher

Les chrétiens célèbrent Pâques sur le site de la Résurrection à Jérusalem

Cette année, les Pâques catholique et orthodoxe sont célébrées simultanément ; Pessah se poursuit jusqu'à lundi soir

Des fidèles chrétiens orthodoxes allument des bougies dans l'église du Saint-Sépulcre de la Vieille Ville de Jérusalem, pendant la Pâque orthodoxe, le 30 avril 2016. (Crédit : Thomas Coex/AFP)
Des fidèles chrétiens orthodoxes allument des bougies dans l'église du Saint-Sépulcre de la Vieille Ville de Jérusalem, pendant la Pâque orthodoxe, le 30 avril 2016. (Crédit : Thomas Coex/AFP)

Une foule de chrétiens d’Orient et d’Occident ont fêté dimanche avec ferveur la résurrection du Christ dans l’église du Saint-Sépulcre dans la Vieille Ville de Jérusalem, le lieu le plus sacré du christianisme.

Cette année, les Pâques de rite latin (catholique) et orthodoxe sont célébrées simultanément, tandis que les festivités de Pessah se poursuivent jusqu’à lundi soir.

Il faudra attendre jusqu’en 2025 pour que les deux Pâques chrétiennes coïncident de nouveau.

En entrant dans le bâtiment, les pèlerins ont pu découvrir l’extérieur du tombeau, dont la restauration s’est achevée le mois dernier.

Débuté en mai 2016, un vaste chantier a permis de consolider l’édicule de marbre qui surplombe le tombeau et de lui redonner ses couleurs d’origine.

L'Edicule du Tombeau de Jésus après sa restauration, dans l'église du Saint-Sépulcre de la Vieille Ville de Jérusalem, le 21 mars 2017. (Crédit : Thomas Coex/AFP)
L’Edicule du Tombeau de Jésus après sa restauration, dans l’église du Saint-Sépulcre de la Vieille Ville de Jérusalem, le 21 mars 2017. (Crédit : Thomas Coex/AFP)

Mais les pèlerins n’ont pas pu pénétrer dans l’édicule, car la messe catholique s’est déroulée à l’entrée de cet édifice.

« C’est merveilleux », s’est exclamé Michael Hanna 64 ans, un copte d’origine égyptienne qui a émigré en Australie en 1980. « On ne peut s’imaginer les sensations éprouvées en touchant les lieux que Jésus a lui même touchés. On ne peut pas décrire cela », a-t-il ajouté.

Il a rappelé avec émotion le traumatisme vécu par les coptes d’Egypte, frappés le 9 avril par deux attentats suicide dans des églises qui ont fait 45 morts.

Tin Nguyen, un Vietnamien de 24 ans qui travaille dans l’agriculture dans le sud d’Israël, a filmé la messe avec son téléphone portable pour ses amis qui n’auront pas la chance de venir à Jérusalem.

« L’esprit qui règne ici et la manière dont les gens se rassemblent au nom de Jésus sont empreints de spiritualité et de paix », explique-t-il.

Des centaines de pèlerins chrétiens orthodoxes ont pris part à une procession dans la Vieille ville de Jérusalem en refaisant, sous de vastes croix portées à dos d'homme pour certains, les derniers mètres que Jésus aurait parcourus avant sa crucifixion. Venus du monde entier, ils ont remonté par les ruelles la Via Dolorosa et se sont arrêtés pour prier à chacune des stations du "Chemin de la souffrance", jusqu'à l'église du Saint-Sépulcre, le 4 avril 2015. (Crédit : AFP)
Des centaines de pèlerins chrétiens orthodoxes ont pris part à une procession dans la Vieille ville de Jérusalem en refaisant, sous de vastes croix portées à dos d’homme pour certains, les derniers mètres que Jésus aurait parcourus avant sa crucifixion. Venus du monde entier, ils ont remonté par les ruelles la Via Dolorosa et se sont arrêtés pour prier à chacune des stations du « Chemin de la souffrance », jusqu’à l’église du Saint-Sépulcre, le 4 avril 2015. (Crédit : AFP)

Wajeeh Nusseibeh, 67 ans, membre d’une des deux familles musulmanes qui gardent traditionnellement les clés de l’église, estime qu’il y a eu moins d’affluence que les autres années en raison des difficultés économiques et des menaces qui pèsent sur les chrétiens orientaux en Irak et en Syrie.

« Nous espérons qu’il y aura la paix l’an prochain et que chacun acceptera l’autre », ajoute-t-il à l’entrée de l’église.

La tradition chrétienne situe au Saint-Sépulcre les derniers épisodes de la Passion du Christ, sa crucifixion, sa mise au tombeau et sa résurrection le matin de Pâques.

Les célébrations y sont organisées à des heures différentes dans le moindre détail pour éviter les frictions entre les différentes églises chrétiennes (grecque orthodoxe, catholique romaine, apostolique arménienne, copte, syriaque orthodoxe et éthiopienne orthodoxe) qui se partagent chaque recoin de la basilique.

Le Saint-Sépulcre se trouve à Jérusalem Est, dans la Vieille Ville.

Les chrétiens représentaient plus de 18 % de la population de Terre sainte lors de la création de l’Etat d’Israël en 1948, mais ils sont désormais moins de 2 %, pour la plupart orthodoxes.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...