Suite aux violences mortelles de mercredi matin à Umm al-Hiran, village bédouin non reconnu du désert du Néguev, les députés arabes israéliens ont organisée mercredi une réunion avec des responsables de l’Union européenne (UE) pour se plaindre des « cruelles politiques » d’Israël envers les communautés arabe et bédouine.

Les députés de la Liste arabe unie, l’ambassadeur de l’UE en Israël Lars Faaborg-Andersen et l’envoyé de la Commission européenne pour le Moyen Orient, Michael Kohler, se sont rencontrés mercredi pour discuter des démolitions de maisons ordonnées par le gouvernement israélien.

« [Ils] ont expliqué les complexités des régulations de construction et de planification, ainsi que les cruelles politiques du gouvernement actuel qui [a ordonné] les démolitions à Umm al-Hiran et à Qalansawe », a déclaré le parti dans un communiqué.

« Les députés ont également parlé des lois anti-démocratiques qui ont été votées par la coalition ces deux dernières années », a déclaré la Liste arabe unie.

La réunion avec la délégation européenne a eu lieu quelques heures après une opération de destruction de maisons construites illégalement à Umm al-Hiran mercredi matin, qui a entraîné la mort d’un policier dans une attaque présumée à la voiture bélier et du chauffeur du véhicule.

Arrestation d'un Bédouin pendant des manifestations contre la démolition de maisons dans le village bédouin non reconnu d'Umm al-Hiran, dans le Néguev, le 18 janvier 2017. (Crédit : Ahmad Gharabli/AFP)

Arrestation d’un Bédouin pendant des manifestations contre la démolition de maisons dans le village bédouin non reconnu d’Umm al-Hiran, dans le Néguev, le 18 janvier 2017. (Crédit : Ahmad Gharabli/AFP)