Les députés de la Knesset ont rejeté un projet de loi visant à inclure le Fonds national juif (KKL-JNF) dans la loi sur la liberté d’information qui permet aux citoyens d’obtenir des informations sur les activités de la plupart des autorités publiques.

Le projet de loi, proposé par Miki Levy (Yesh Atid), a été présenté quelques jours après que le contrôleur d’Etat Yosef Shapira a recommandé de lancer une enquête sur les présumées activités criminelles du KKL-JNF, qu’il a qualifié d’organisation avec peu de transparence, qui aurait mal géré leurs fonds et aurait des conflits d’intérêts.

Selon le rapport, sur une période de 15 mois, entre août 2014 et octobre 2015, l’organisation consacrait seulement un tiers de ses recettes à des projets publics de développement alors que « 43 % [de quelque 3,5 milliards de shekels] ont été utilisés pour étendre leurs avoirs financiers ».

Les députés ont suivi les lignes de leur parti, avec 44 députés de la coalition qui se sont opposés au projet de loi et 34 députés de l’opposition l’ont soutenu.

Les députés de l’Union sioniste, Shelly Yachimovich et Hilik Bar, ont été aperçus en train de sortir avant le vote de la séance plénière, peut-être pour éviter d’offenser leur collègue du parti travailliste et l’actuel président du KKL-JNF, Danny Attar.