Le chef du parti travailliste britannique Ed Miliband perd le soutien de donateurs juifs à cause de la position pro-palestinienne de son parti, a rapporté un journal britannique.

The Independent a consacré un de ses articles de dimanche aux « donateurs juifs qui abandonnent un Miliband ‘toxique’ » et a indiqué que les bailleurs de fonds du chef de file de l’opposition britannique, qui est Juif, sont désormais dissuadés par ses positions sur la question israélo-palestinienne.

« Miliband a été averti que ses supporters juifs désertaient le parti en masse sur ce que les dirigeants de la communauté perçoivent comme une nouvelle politique pro-palestinienne agressive au détriment des intérêts israéliens, » selon le rapport.

Le rapport indique que des dîners de collecte de fonds ont été annulés par les partisans traditionnels qui se plaignent que Miliband ait abandonné une position « équilibrée » sur le conflit, position devenue trop favorable aux Palestiniens, sans que la question soit débattue correctement au sein de son parti.

Un député travailliste a averti que M. Miliband avait maintenant un« énorme challenge presque insurmontable, pour maintenir le soutien de certaines parties de la communauté juive qui avaient soutenu et aidé à financer les campagnes électorales de Tony Blair et Gordon Brown », selon le rapport.

Le mois dernier, la Chambre des communes a voté par 274 contre 12 pour soutenir un vote symbolique exhortant le gouvernement conservateur dirigé par David Cameron à reconnaître la Palestine. La motion a été présentée par un député du Parti travailliste dans ce qui se voulait un effort apparent pour briser l’ »impasse » dans le processus de paix israélo-palestinien. Miliband a voté pour la motion et il a également demandé à ses collègues du Labour de le faire.

On pouvait lire dans le Telegraph la semaine dernière que le soutien de la communauté juive du Royaume-Uni au Labour « était maintenant au bord de l’effondrement. »

Le Telegraph poursuivait : «Miliband a été constamment mis en garde contre la détérioration du Labour aux yeux de la communauté juive. En juillet [pendant la guerre entre Israël et le Hamas] le Jewish Chronicle a publié un éditorial dans lequel il a déclaré : «Ces derniers mois, Ed Miliband a fait un effort concerté pour se rapprocher de la communauté juive. Il a visité Israël. Il a parlé de la redécouverte de ses racines juives.

Et il a terminé son discours aux Travaillistes Amis d’Israël avec la déclaration qu’il entrerait à Downing Street en étant fier d’être un «ami d’Israël, un Juif et … une partie de la communauté».

Mais, cela a aussi montré que « les mots ne coûtent pas cher ». A la différence de Miliband qui avait critiqué Israël lors de l’opération Bordure protectrice, David Cameron avait, lui, déclaré «son soutien au droit d’Israël à se défendre».

Miliband se retrouve au milieu d’une crise dans son parti, avec une campagne plus virulente contre lui à l’intérieur du camp travailliste, avec des craintes quant à son impopularité pour mener le parti à la victoire l’année prochaine.

Le leader de l’opposition a dénoncé la semaine dernière la montée de l’antisémitisme en Grande-Bretagne et a appelé à « une approche de tolérance zéro quant à l’antisémitisme au Royaume-Uni. »

Miliband, fils de réfugiés de la Shoah, dans un message posté sur Facebook mardi a cité des chiffres de la communauté juive qui indiquent une forte augmentation des incidents antisémites. Il a salué la tradition de la Grande-Bretagne de tolérance, mais a averti que « la récente vague d’incidents devrait servir de réveil pour tous ceux qui pensaient que le fléau de l’antisémitisme avait été vaincu et que l’idée de familles juives ayant peur de vivre ici en Grande-Bretagne était impensable. »

Le mois dernier, l’un des principales actrices juives anglaises a évoqué en finir de son soutien pour le parti de M. Miliband à cause de la question du conflit israélo-palestinien. Maureen Lipman, connue pour ses rôles dans « Le Pianiste » et « L’éducation de Rita » et une série de pièces comiques à la télévision britannique, a fustigé le parti de l’opposition et son leadership dans un article publié par Standpoint, un magazine britannique couvrant la politique et la culture.

Se décrivant comme électrice travailliste depuis cinq décennies, Lipman a dit qu’elle ne pouvait plus continuer à soutenir le parti après que Miliband ait voté pour exhorter le gouvernement britannique à reconnaître la Palestine à la Chambre des communes le mois dernier.

« Juste au moment où ça ne pouvait pas être pire. Juste au moment où l’antisémitisme en France, au Danemark, en Norvège, en Hongrie est en recrudescence, au moment où nos cimetières, nos synagogues et nos magasins sont à nouveau sous la menace. »

« Juste au moment où un pays qui se défend, contre 4 000 roquettes et 32 tunnels à l’intérieur de ses frontières, qui a le droit de le faire en vertu de la Convention de Genève, Israël est mis de côté par M. Miliband pour exiger que le gouvernement reconnaisse l’Etat de Palestine à ses côtés » a écrit l’actrice de 68 ans.

En juillet, lors d’une visite aux États-Unis au cours de la guerre entre Israël et le Hamas, Miliband a déclaré : « Nous nous opposons à l’incursion israélienne dans la bande de Gaza … Je ne pense pas que cela va aider Israël à gagner des amis. Je ne pense pas que cela va améliorer la situation. Je crains que les choses ne feront qu’empirer. »

Miliband, qui a rencontré le Premier ministre Benjamin Netanyahu en Israël plus tôt cette année, a suggéré que tout en diminuant la position d’Israël aux yeux du monde, le conflit allait également stimuler les efforts de recrutement du Hamas. Il a également accusé la violence croissante liée à l’absence de pourparlers de paix entre Israël et les Palestiniens.

« Ce que ces horribles, terribles dernières semaines ont montré, c’est que le vide qui consiste à ne pas avoir de processus est extrêmement dangereux », a-t-il déclaré. « Ce vide signifie qu’il n’y a plus de retenue. Et qu’il faut redémarrer un processus. »

« Je suis préoccupé du fait que plus les colonies sont nombreuses, plus cela devient un problème en ce qui concerne le processus de paix, » a-t-il encore déclaré.

Quelques jours plus tôt Miliband a justifié le droit d’Israël à l’auto-défense tout en déplorant les morts palestiniens. « Je défends le droit d’Israël à se défendre contre les attaques à la roquette, » a-t-il dit. « Mais je ne peux pas expliquer, justifier ou défendre les morts horribles de centaines de Palestiniens, dont des enfants et des civils innocents. »