Les Emirats arabes unis vont fournir 15 millions de dollars par mois à Gaza, a annoncé jeudi un responsable palestinien, alors que le Hamas au pouvoir dans l’enclave palestinienne se rapproche de Mohammed Dahlane, rival du président de l’Autorité palestinienne.

Ex-homme fort du Fatah, le parti de Mahmoud Abbas au pouvoir en Cisjordanie, Mohammed Dahlane vit en exil aux Emirats depuis son expulsion du parti en 2011. Il s’est rapproché ces derniers mois du Hamas islamiste, au pouvoir dans la bande de Gaza.

Samir Al-Mashharawi, un allié de Dahlane, a signalé l’existence d’un accord sur une aide mensuelle s’élevant à 15 millions de dollars dans une interview accordée au quotidien égyptien Al-Youm al-Saba.

« Quinze millions de dollars (12,8 millions d’euros) seront fournis tous les mois dès le début du mois prochain au Comité palestinien d’entraide en faveur de projets de secours, humanitaires et de développement dans la bande de Gaza, afin d’apaiser les souffrances (des habitants) », a déclaré dans un communiqué Samir Al-Mashharawi, un allié de M. Dahlane.

Mashharawi a indiqué que l’argent restera sous la supervision de l’Égypte, qui détiendra les fonds.

Dahlane et le Hamas ont accepté, durant des négociations au Caire en Juillet, de former une commission conjointe qui travaillerait sur l’humanitaire et le développement de la bande de Gaza. Il sera administré par l’associé de Dahlane et député du Fatah, Majed Abu Shammala.

Une coopération officielle avec Dahlane pourrait accroître la légitimité internationale du Hamas.

Vendredi, des dirigeants du Hamas et des alliés de Dahlane se sont à nouveau réunis au Caire pour discuter de l’assouplissement du blocus de Gaza avec des responsables égyptiens.

Le point de passage de Rafah, qui relie la bande de Gaza à l’Egypte, est fermé depuis plusieurs années en raison de différends entre le Hamas et Le Caire. Mashharawi a ajouté que la commission a discuté avec les responsables égyptiens de la réouverture définitive du poste-frontière de Rafah dans les semaines à venir.

La bande de Gaza est soumise depuis 10 ans à un blocus maritime, terrestre et aérien d’Israël.

Voyant ses deux adversaires historiques se rapprocher, M. Abbas a cherché à affaiblir le Hamas en cessant de payer pour la fourniture d’électricité dans l’enclave palestinienne et en réduisant les salaires des fonctionnaires.