Le service de tramway de Jérusalem a repris dimanche, en fin de matinée, après une grève qui a duré plusieurs heures, pendant laquelle les conducteurs protestaient contre un nouveau programme qui selon eux aggraverait leurs conditions de travail.

En réponse à une demande de la société d’exploitation du tramway, Citypass, un tribunal du droit du travail local a enjoint le syndicat et le conseil des conducteurs à retourner au travail immédiatement et à respecter les nouveaux horaires, auxquels les travailleurs s’opposaient.

Le nouveau plan vise à augmenter la fréquence des trains. Les trams arriveraient toutes les six minutes lors de la plupart des heures de la journée.

Les employés affirment que ce nouveau programme a été décidé sans leur accord. Selon eux, ces changements auraient un impact négatif sur leurs conditions de travail et les empêcheraient d’être en mesure de prendre leurs pauses tout en diminuant la sécurité des passagers et des piétons.

L’administration Citypass a cependant assuré que la grève avait été lancée « uniquement pour des raisons tactiques », dans le cadre des revendications des travailleurs pour des salaires plus élevés, même si les salaires actuels sont plus élevés que dans d’autres emplois dans ce domaine.

L’administration a défendu que le nouveau programme permettrait d’améliorer, et non de mettre en danger, les conditions de travail des employés, et que les travailleurs n’ont fait grève que pour « faire un hold-up sur les négociations ».

Citypass a ajouté qu’ « il est inacceptable que le conseil des conducteurs et le syndicat prennent en otage les 140 000 personnes qui utilisent le tramway pour aller au travail ».

L’administration de la société a déclaré que le comportement des conducteurs constituait « une politique d’intimidation répugnante ».

La grève a été annoncée le même jour que le début des travaux pour le tramway à Tel Aviv.