Le fils et la fille d’une femme israélienne portée disparue depuis l’attentat au camion-bélier qui a été perpétré lundi dans la soirée sur un marché de Noël de Berlin sont arrivés pour aider pour retrouver leur mère et pour rendre visite à leur père, qui a été grièvement blessé lors de l’attaque terroriste.

Douze personnes ont perdu la vie et 50 ont été blessées lorsqu’un camion a foncé dans la foule lundi soir, écrasant des stands en bois et faisant de nombreuses victimes lors d’une scène qui n’a pas été sans rappeler l’attentat meurtrier commis au mois de juillet à Nice, sur la côte d’Azur française.

La femme se nomme Dalia Elyakim et est âgée de 60 ans. Son époux, Rami Elyakim, également âgé de 60 ans, a été grièvement blessé lors de l’attaque. Le couple, originaire de Herzliya, au nord de Tel Aviv, visitait Berlin.

Les enfants du couple ont rendu visite à l’hôpital à leur père Rami où, il a été pris en charge dans un état grave mais stable, a rapporté le site hébréophone Walla mercredi. Ils ont également remis des échantillons d’ADN appartenant à leur mère pour aider à l’identifier.

L’ambassadeur en Allemagne, Yakov Hadas-Handelsman, a déclaré : “Nous faisons de grands efforts pour retrouver cette femme”.

“La majorité de ceux qui ont été blessés lors de l’attentat n’ont pas encore été identifiés et cela nous donne de l’espoir”, a-t-il expliqué, des propos repris par Walla. « Nous effectuons toutes les vérifications possibles dans l’espoir de pouvoir exclure également le pire ».

Vingt-quatre heures après l'attaque au camion-bélier qui a fait 12 morts sur un marché de Noël de Berlin, la Chancelière Angela Merkel a tenu une conférence de presse à Berlin le 20 décembre 2016 (Crédit :  AFP/John MACDOUGALL)/ AFP PHOTO / John MACDOUGALL

Vingt-quatre heures après l’attaque au camion-bélier qui a fait 12 morts sur un marché de Noël de Berlin, la Chancelière Angela Merkel a tenu une conférence de presse à Berlin le 20 décembre 2016 (Crédit : AFP/John MACDOUGALL)/ AFP PHOTO / John MACDOUGALL

Liora Givon, diplomate israélienne à Berlin, a indiqué que la police locale n’a pas encore identifié tous les blessés. 24 d’entre eux se trouvent encore à l’hôpital, dont 18 dans un état grave.

Des sources proches de l’ambassade allemande ont dit à Walla mardi qu’ils restaient optimistes sur la possibilité de retrouver Elyakim en vie, mais qu’ils s’étaient aussi rendus dans les morgues locales pour tenter de découvrir si elle figurait parmi les victimes décédées lors de l’incident.

La chancelière allemande Angela Merkel a déclaré mardi que les autorités pensaient que l’opération meurtrière était un attentat terroriste.

Le camion a visé le marché de Noël populaire situé aux abords de l’église du souvenir consacrée à l’empereur Guillaume, alors que les touristes et les habitants de la ville profitaient d’une soirée de l’avent à proximité de la station de BL’erlin Zoo.

La police, mardi, a libéré un demandeur d’asile du Pakistan qui avait été arrêté dans le sillage de l’attaque, affirmant qu’il n’y avait aucune preuve déterminant qu’il ait pu être le chauffeur du camion. Elle a averti que l’homme recherché pouvait encore être en fuite, armé et dangereux.

Le groupe Etat islamique, qui a revendiqué l’attaque, et al-Qaïda ont tous les deux appelé dans le passé leurs partisans à utiliser des camions en particulier pour cibler des rassemblements massifs.

Le 14 juillet, un camion s’était précipité contre la foule réunie pour célébrer le jour de la fête nationale dans la ville de Nice, au sud de la France, faisant 86 morts. L’Etat islamique avait également revendiqué la responsabilité de l’attentat, qui avait été mené par un Tunisien vivant en France.

Des voitures, des camions et des tracteurs ont été utilisés à l’occasion d’un certain nombre d’attaques terroristes en Israël au cours des années.

L’équipe du Times of Israel et les agences ont participé à ce reportage.