Le Département d’Etat a déclaré lundi que les Etats-Unis attendent d’Israël « qu’il adhère à ses principes démocratiques» alors que le débat autour de la loi controversée sur l’ « Etat juif » continue.

« Israël est un pays juif et démocratique et tous ses citoyens méritent l’égalité des droits, » a déclaré le porte-parole du département d’Etat Jeff Rathke.

La proposition vise à inscrire dans la loi Israël en tant qu’Etat juif.

Pendant ce temps, Abraham Foxman, le leader de l’Anti-Defamation League a déclaré dans un communiqué que le débat sur le caractère juif et démocratique d’Israël « a sapé la nature de cet élément essentiel de l’identité nationale d’Israël. Les tentatives visant à codifier davantage ce concept dans les lois fondamentales sont bien intentionnées, mais inutiles (…) ».

Le Premier ministre Benjamin Netanyahu a déclaré lundi après-midi qu’il était déterminé à faire passer le projet de loi, même s’il n’avait pas le soutien de l’ensemble de son cabinet.

« Il est important d’utiliser les voies de dialogue jusqu’au bout, et je suis prêt à donner une chance à ce dialogue, » a-t-il affirmé lors de la réunion hebdomadaire du Likud. « Je suis déterminé à passer ce projet de loi avec ou sans accord. Il est très important pour assurer l’avenir de la nation d’Israël, sur la Terre d’Israël, au sein de l’État d’Israël. »

« Les principes que j’avance expriment qu’Israël est l’Etat de la nation juive tout en protégeant les droits de chacun. Le temps nous dira si les élections sont en vue. »

Les dirigeants de la coalition ont décidé lundi de retarder un vote sur le projet de loi d’une semaine, alors que les ministres se sont engagés à continuer à s’opposer à la mesure même si cela menaçait leur position – et l’avenir de la coalition.

Le député Robert Ilatov (Yisrael Beitenou) a proposé le report d’une semaine, ce qui a été soutenu par le parti HaBayit HaYehudi lors d’une réunion des partenaires de la coalition.

La décision a été prise quelques heures après que la ministre de la Justice Tzipi Livni ait réitéré son intention de lutter contre le projet de loi, et qu’elle ait contesté ouvertement la décision du Premier ministre.

« Ce projet de loi ne passera pas parce que nous ne sommes pas prêts et je ne suis pas prête pour quelque chose d’aussi fondamental, » a déclaré Livni lundi à Ynet. « Et si elle doit être votée mercredi [comme cela avait été initialement prévu], je ne la laisserai pas passer ni ferai de compromis concernant sa formulation.

« Le Premier ministre devra décider s’il renvoie des ministres de son gouvernement et mettre un terme à sa coalition sur l’opposition à une loi qui va à l’encontre d’un Israël juif et démocratique, » a déclaré Livni. « S’il veut des élections à la suite de cela, il n’y a pas de problème. »

Dimanche, les ministres ont approuvé une série de clauses sur lesquelles le projet de loi serait basé. Tout en garantissant le caractère démocratique d’Israël, le projet de loi serait une version adoucie des propositions antérieures.