JERUSALEM, – Le ministre israélien de l’Economie Naftali Bennett, chef du parti orthodoxe-nationaliste HaBayit HaYehudi, a présenté mercredi soir des excuses publiques au Premier ministre Benjamin Netanyahu afin de rester au gouvernement.

Selon les médias, M. Netanyahu aurait sommé son ministre, proche des colons, de faire amende honorable après avoir vivement critiqué le Premier ministre sur la question de la colonisation, sous peine de devoir quitter la coalition au pouvoir.

Cette querelle interne survient au moment où le secrétaire d’Etat américain John Kerry fait le forcing pour rallier Israéliens et Palestiniens à son projet d' »accord-cadre » qui tracerait les grandes lignes d’un règlement définitif sur les frontières, la sécurité, le statut de Jérusalem et le sort des réfugiés palestiniens.

M. Bennett est catégoriquement opposé à un tel plan et à la solution dite à deux Etats (israélien et palestinien) prônée par M. Kerry.

« Certains tentent de transformer un débat de fond sur l’avenir de notre pays et de sa sécurité en une attaque personnelle qui n’a jamais eu lieu et si le Premier ministre a été blessé, j’en suis vraiment désolé », a expliqué M. Bennett, lors d’un congrès sur l’éducation à la mer Morte.

La crise entre les deux dirigeants avait éclaté lundi lorsque Naftali Bennett avait évoqué « une totale perte des valeurs » à la suite de déclarations de M. Netanyahu sur l’éventualité que des colons puissent rester vivre dans le futur Etat palestinien.

« Je n’ai pas l’intention de démanteler une seule implantation, ni de déraciner un seul Israélien », dans le cadre d’un accord de paix, a déclaré M. Netanyahu la semaine dernière au Forum économique de Davos, en Suisse.

Selon des informations de presse, le bureau du Premier ministre a ensuite précisé que M. Netanyahu envisageait ainsi que les colons habitant hors des blocs d’implantations qu’Israël compte annexer puissent rester sur place, mais sous souveraineté palestinienne.

Selon les médias, M. Netanyahu aurait alors présenté mercredi un ultimatum au chef de HaBayit HaYehudi, menaçant de le renvoyer du gouvernement si ce dernier ne présentait pas d’excuses avant dimanche.

M. Bennett a assuré « soutenir le Premier ministre quand il le faut et le critiquer lorsque c’est nécessaire ».

« C’est mon devoir de faire disparaître de l’ordre du jour cette idée dangereuse de souveraineté palestinienne sur des citoyens israéliens », a-t-il insisté.

HaBayit HaYehudi, avec ses 12 députés, est l’un des principaux éléments de la coalition gouvernementale mais a toujours affirmé qu’il quitterait le gouvernement en cas de décision d’évacuer des implantations de Cisjordanie.

L’aile la plus radicale de la formation de M. Bennett a appelé à une prière collective jeudi après-midi devant le Mur des Lamentations à Jérusalem pour protester contre le plan de John Kerry et « implorer la miséricorde divine devant les dangers qui menacent de déchirer des parties de notre terre ».

Situé à droite de la droite, Naftali Bennett, ancien chef de cabinet de M. Netanyahu, du temps où ce dernier était chef de l’opposition, entretient des relations complexes avec son ancien patron.

Les médias israéliens évoquent régulièrement l’hypothèse d’un départ – de gré ou contraint – de HaBayit HaYehudi de la coalition gouvernementale pour laisser la place au parti travailliste HaAvoda, aujourd’hui dans l’opposition.