Les femmes ont organisé une cérémonie d’allumage des bougies au mur Occidental mardi, pour célébrer Hanoukka, en dépit de l’opposition rabbinique.

Bravant la pluie, le froid et les menaces du rabbin du mur Occidental, une cinquantaine de femmes se sont rassemblées sur l’esplanade du mur Occidental pour célébrer la quatrième bougie.

En plus d’un grand candélabre apporté par les Femmes du Mur, plusieurs femmes ont apporté leurs propres hanoukkia et les ont allumées, allant à l’encontre d’une recommandation de la police.

Le rabbin Schmuel Rabinovitch, grand rabbin du mur Occidental, avait interdit aux femmes d’allumer au mur Occidental, et cela nonobstant la décision du bureau du Procureur général qui lui avait ordonné l’an dernier d’inclure des femmes dans la cérémonie d’allumage annuelle.

Chaque année, des dignitaires sont invités à allumer les bougies du candélabre à huit branches situés face au mur Occidental, dans la Vieille Ville de Jérusalem. Les cérémonies d’allumages ont lieu tous les soirs de la fête des Lumières, qui a commencé cette année samedi soir.

Cependant, seuls les hommes étaient invités à y prendre part.

Anat Hoffman, présidente des Femmes du Mur a déclaré que l’événement témoignait de la détermination de l’organisation à faire du lieu du culte un espace égalitaire.

« Le rabbin du mur Occidental divertit des VIP tous les soirs, les honore par un allumage, à la condition qu’ils sont tous des hommes », dit-elle. « Tous ceux qui nous ont vu ce soir, prier et célébrer sous la pluie, savent que rien ne nous arrêtera, ni la météo, ni les lois et les directives arbitraires, ni les menottes, ni la police. »

Selon les médias israéliens, les femmes ont obtenu le droit d’entrer après avoir menacé de lancer une campagne sur les réseaux sociaux contre les politiques si on ne les laissait pas entrer.

Bien que dans de nombreux domaines, la loi juive est différente pour les hommes et pour les femmes, toutes les autorités s’accordent pour dire que les femmes ont les mêmes obligations que les hommes au regard de l’allumage des bougies de Hanoukka.

Rabbi Shmuel Rabinowitz, rabbin du mur Occidental, prie avant une audience à la Cour Suprême de Jérusalem qui autoriserait les femmes à lire dans les rouleaux de la Torah au mur Occidental, le 28 décembre 2016. (Crédit : Yonatan Sindel/Flash90)

Rabbi Shmuel Rabinowitz, rabbin du mur Occidental, prie avant une audience à la Cour Suprême de Jérusalem qui autoriserait les femmes à lire dans les rouleaux de la Torah au mur Occidental, le 28 décembre 2016. (Crédit : Yonatan Sindel/Flash90)

Mercredi, la Cour Suprême a étudié une demande qui autoriserait les femmes à lire dans les rouleaux de la Torah au mur Occidental. Le Center for Women’s Justice a également demandé que la cloison qui séparent l’espace hommes de l’espace femmes soit remplacé par une barrière mobile qui serait positionnée à certaines heures de la journée seulement.

« Si cela dérange les ultra-orthodoxes de voir des femmes, ils n’ont qu’à aller dans leurs synagogues au lieu de prier au mur Occidental », a déclaré le groupe aux médias.

La Cour a ajourné le jugement sur cette affaire, pour pouvoir statuer en même temps qu’une audience sur la disposition de l’esplanade du mur Occidental et un espace de prière mixte. La Cour étudiera l’affaire le 1er janvier 2017.

Le mur Occidental, vestige du Second Temple, est un lieu de culte et un symbole d’identité nationale pour les juifs à travers le monde.