Les fenêtres d’un appartement new-yorkais recouvertes de drapeaux confédérés et israéliens excèdent le voisinage
Rechercher

Les fenêtres d’un appartement new-yorkais recouvertes de drapeaux confédérés et israéliens excèdent le voisinage

Les résidents expliquent que les drapeaux y sont depuis plus d'un an, mais qu'ils ont pris un nouveau sens après les événements de Charlottesville

Manifestation du Ku Klux Klan contre le retrait d'une statut équestre du général confédéré Robert Lee d'un jardin public de Charlottesville, en Virginie, le 8 juillet 2017. (Crédit : Chet Strange/Getty Images/AFP)
Manifestation du Ku Klux Klan contre le retrait d'une statut équestre du général confédéré Robert Lee d'un jardin public de Charlottesville, en Virginie, le 8 juillet 2017. (Crédit : Chet Strange/Getty Images/AFP)

Mercredi, à New York City, des pierres ont été lancées sur un appartement dont les fenêtres arboraient des drapeaux confédérés, ainsi que des petits drapeaux israéliens et américains.

Les drapeaux ornaient l’appartement de Will Green, 43 ans, situé sur la Huitième rue, dans le quartier d’East Village depuis un an. Mais la violence qui a entouré le rassemblement des suprématistes blancs le week-end dernier a ravivé la frustration face au symbole confédéré, ont déclaré les voisins au New York Daily News.

En plus des pierres jetées sur les fenêtres, les passants ont proféré des insultes contre Green, qui habite ce quartier depuis 13 ans, selon l’article.

« C’est irrespectueux, c’est un manque de respect pour tout le voisinage », a expliqué Mary C, une voisine, au Daily News. « Il ne s’agit pas de le haïr ou de le blesser… mais nous devons nous réunir et lui faire comprendre que dans ce quartier, ce n’est pas une bonne idée. »

« Je l’ai déjà vu ouvrir la fenêtre, relever sa moustiquaire et crier ‘nazis’ », a raconté Paul Bakija, un autre résident du quartier d’East Village.

Cependant, Mike Schweinsberg, directeur d’une association de quartier d’East Village, a confié au Daily News que l’expulsion de Green était déplacée. « Il ne s’agit pas de quelqu’un qui a l’intention de déchaîner les passions ou quoi que ce soit…. Il a un souci d’ordre mental. »

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...