Neuf membres du Hamas et du Jihad islamique ont été tués durant la nuit de dimanche à lundi, selon des sources palestiniennes, lorsque les avions israéliens ont frappé 14 sites dans la bande de Gaza, après une journée de tirs de roquette continuels sur les villes israéliennes proches de l’enclave palestinienne.

Les cibles étaient des « sites terroristes et des bases de lancement de roquettes cachées », a déclaré le bureau du porte-parole de l’armée israélienne, confirmant des tirs directs sur les cibles.

« Aujourd’hui, à au moins 25 reprises, des activistes de Gaza ont mis des vies israéliennes en danger direct par leurs attaques à la roquette », a déclaré le porte-parole de l’armée, le lieutenant-colonel Peter Lerner.

« Cette réalité est insupportable et inacceptable. Nous allons continuer à agir pour affaiblir et neutraliser l’infrastructure terroriste du Hamas, frappant ses entrepôts, ses capacités de fabrication de roquettes et ceux qui mettent en danger le bien-être des Israéliens dans le sud du pays ».

Sept membres du Hamas ont été tués et six autres blessés dans les frappes de l’armée de l’air, selon un communiqué publié par le groupe terroriste.

Plus tôt, deux membres de la branche armée du Jihad islamique ont été tués lorsque les avions israéliens ont frappé le camp de réfugiés d’Al Bureij dans le centre de la bande de Gaza, en ciblant une équipe de lancement de roquettes.

L’armée a déclaré dans un communiqué qu’elle a empêché une attaque à la roquette « en visant les terroristes ». Le Hamas a menacé de riposter : « Il s’agit d’une grave escalade, et l’ennemi va en payer le
prix », a écrit sur ​​sa page Facebook le porte-parole du Hamas, Sami Abu Zuhri.

Quelque 25 roquettes ont été tirées sur Israël au cours de la journée de dimanche, dont la plupart ont atterri dans des zones ouvertes. Une roquette a provoqué un incendie et une autre a endommagé un bâtiment agricole, a déclaré l’armée israélienne. Il n’y a pas eu de blessés.

L’équipe du Times of Israel a contribué à cet article.