Dans le sillage de l’opération de 50 jours à Gaza pour se débarrasser du Hamas et d’autres groupes terroristes à Gaza, un haut responsable des Frères musulmans en Jordanie a dénoncé le mois dernier les relations diplomatiques du royaume avec l’Etat juif.

Il a offert son soutien infaillible et celui du peuple jordanien aux combattants de la ‘résistance’ palestinienne qui mènent le ‘djihad’ contre les soldats de l’armée et les civils israéliens.

S’adressant à une foule de centaines de manifestants le 29 août, Himam Said, le directeur général des Frères musulmans jordaniens, a déclaré que la population du royaume hachémite, contrairement à ses dirigeants politiques, soutenait les Palestiniens dans leur lutte pour vaincre l’Etat d’Israël.

« J’ai un message pour les dirigeants jordaniens », a déclaré le représentant des Frères musulmans, selon une traduction effectuée par MEMRI – l’Institut de Recherche pour les Médias du Moyen-Orient – s’adressant apparemment aux diplomates et aux membres du parlement jordanien.

« Ce message n’est pas adressé au peuple de Jordanie, car le peuple de Jordanie est ici », a-t-il continué, en montrant la foule de personnes qui s’était rassemblée.

« Toute la population de la Jordanie soutient la résistance et le djihad, les tribus tout comme les camps de réfugiés, du nord au sud ».

Said a continué en menant la foule dans un chant louant les dirigeants du Hamas, Ismael Haniyeh et Khaled Meshaal, alors que les manifestants sur place présentaient avec ferveur des drapeaux du groupe terroriste basé à Gaza.

« Je dis aux officiels de Jordanie, vos liens avec les Juifs sont sans espoir, et le partenaire du sans espoir et aussi sans espoir », a continué Said.

« Les Juifs partiront, et si vous voulez survivre, vous devez rester avec le peuple, avec la résistance, avec le djihad. Ce n’est pas votre place, ni celle de n’importe qui d’autre, de se rendre et de soutenir un partenariat avec les Juifs », a martelé le responsable des Frères musulmans.

Said a fini ses remarques avec une dure critique du Premier ministre Benjamin Netanyahu, dont les mains, a soutenu Said, « ont été souillées par le sang des enfants palestiniens ».

« Qu’a apporté Netanyahu à Amman ? », a interrogé Said.

« Oh, peuple jordanien, dites non à Netanyahu à Amman ! Dites non aux liens entre la Jordanie et les Juifs ! Dites non à l’ambassade des Juifs à Amman ! »

Seulement quelques jours avant le défilé du 29 août, les médias jordaniens ont annoncé qu’une rencontre secrète entre Netanyahu et le président de l’Autorité palestinienne Mahmoud Abbas avait eu lieu à Amman quelques jours avant qu’Israël et le Hamas n’acceptent un cessez-le-feu illimité mettant fin à l’opération à Gaza.

Israël a lancé l’opération Bordure protectrice le 8 juillet pour mettre fin aux tirs de roquettes des terroristes de Gaza sur les villes israéliennes et pour détruire le réseau de tunnels creusés sous la frontière par le Hamas.

Les tunnels étaient utilisés pour lancer des attaques mortelles à l’intérieur d’Israël.