Des groupes juifs américains s’indigent samedi d’une annonce en pleine page dans le New York Times qualifiant la conseillère à la Sécurité nationale, Susan Rice, d’ « aveugle » au génocide. Pour eux, la déclaration est « révoltante », « scandaleuse » et « fausse ».

La publicité, réalisée par “This World: The Values Network”, dirigé par le rabbin Shmuley Boteach, a été publiée deux jours avant le discours prévu de Rice à la conférence de l’AIPAC (American Israel Public Affairs Committee) lundi.

Il critique Rice pour avoir qualifié la « plaidoirie désespérée [de Netanyahu] pour l’existence de sa nation à une session conjointe du Congrès le 3 mars de ‘destructrice’ » et affirme qu’elle est « aveugle » devant le génocide « à la fois le peuple juif et rwandais ».

La semaine dernière, Rice a déclaré à Charlie Rose de PBS qu’en acceptant une invitation à s’adresser au Congrès à Washington sur le programme nucléaire iranien sans coordination avec la Maison Blanche, Netanyahu a « injecté un degré de sectarisme », « destructeur du tissu de la relation » entre les États-Unis et Israël.

L’annonce accuse Rice d’un « modèle de mépris total pour le génocide », en référence à la controverse des années 1990, lorsque Rice faisait partie du Conseil de sécurité nationale du président Bill Clinton et s’était opposée à qualifier les massacres au Rwanda de « génocide ».

L’annonce l’accuse « d’entraver l’action de l’ONU contre le génocide rwandais et de minimiser l’opposition du public à l’inaction américaine ».

Les organisations juives américaines ont condamné l’annonce. Marshall Wittmann, le porte-parole de l’AIPAC, a déclaré que « les attaques ad hominem ne devraient tenir aucune place dans notre discours ».

Sur Twitter, l’American Jewish Committee a publié que l’annonce de Boteach a « dépassé les bornes ». Il a qualifié l’accusation que Rice cherchait le génocide contre Israël de « révoltante ».

Abe Foxman, directeur de l’Anti-Defamation League, a publié une déclaration samedi en réponse à l’annonce, disant que cet « amalgame faux et pervers entre critiquer le Premier ministre d’Israël et ignorer le génocide, non seulement empoisonne le discours sur un problème sécuritaire mondial et vital, mais banalise la nature horrible du génocide et la mémoire de ses victimes ».

L’Union orthodoxe, les Fédérations juives d’Amérique du Nord, J Street, l’Union pour le judaïsme réformé, le Conseil juif des affaires publiques et l’Assemblée rabbinique du mouvement conservateur ont également condamné l’annonce.

Dans une interview, Rabbi Julie Schonfeld, qui dirige l’Assemblée rabbinique, a déclaré que Rice méritait des excuses de Boteach.

L’annonce « est totalement incompatible avec le témoignage d’amitié et de loyauté dont cette personnalité publique fait preuve envers Israël et le peuple juif », a déclaré Schonfeld.

« Shmuley Boteach ne doit en aucun cas le faire passer pour la façon dont la communauté juive traite ses amis », a-t-elle conclu.